Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Aherdane sommé de sauver le Mouvement populaire

Les Harakis en colère en appellent au vieil Amghar




​Aherdane sommé de sauver le Mouvement populaire
Les Harakis en colère s’en remettent à Mahjoubi Aherdane, le président fondateur du Mouvement populaire.  Après le secrétaire général, c’est au tour du vieil Amghar d’être saisi, par écrit, par les mécontents de ce parti qui l’exhortent à sauver le MP, « ce patrimoine commun de tous les Harakis ».  C’est l’article 43 du statut du MP qui a décidé ces caciques à frapper à la porte de l’un des principaux fondateurs de cette formation politique née en 1957.   « Vous êtes le président fondateur et le père spirituel du Mouvement populaire et de tous les Harakis. Votre mission est de veiller sur l'unité du Mouvement populaire, sa cohésion et son rayonnement. C’est pourquoi nous  portons à votre connaissance le contenu de la lettre adressée, le 6 février 2015, au secrétaire général au sujet de la situation critique et inquiétante que traverse  le Mouvement populaire  et ce pour le préserver du népotisme et de ses dérives », écrivent-ils dans la lettre envoyée en début de semaine à M. Aherdane et dont « Libé» a obtenu copie.  Les auteurs de la missive –parlementaires, anciens responsables gouvernementaux, représentants de la jeunesse et de la femme harakies et cadres- reviennent sur les défaillances organisationnelles qui se sont aggravées au niveau des structures du parti. Les décisions prises de manière arbitraire,  « la dérive systématique dans les mécanismes démocratiques de la gestion des dossiers politiques qui engagent le parti et  ayant un impact direct sur sa crédibilité », « la politique de marginalisation et d’exclusion systématique » ainsi que « la détérioration de l’image et de la crédibilité politique et organisationnelle du parti dans les différentes régions et provinces du pays suite aux scandales et aux comportements » de représentants harakis, les maux harakis sont pointés et égrenés par le menu détail pour dire toute la dégradation de ce parti appartenant à la majorité gouvernementale. 
Les voix dissonantes du MP veulent, assurent-elles, « préserver l’unité du parti et corriger les dérives et les défaillances ». Mohand Laenser n’a toujours pas  réagi à leur demande de réunion urgente, leur opposant un silence assourdissant en guise de réponse. « La situation est critique. Les conséquences de telles attitudes sont imprévisibles et en tout cas dommageables. M. Laenser doit assumer l’entière responsabilité dans la dégradation de la situation interne de notre famille politique et la détérioration de son image », conclut l’un des signataires. 

Narjis Rerhaye
Vendredi 20 Février 2015

Lu 932 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés