Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Abdeljalil Lahjomri : Affirmer qu'il y a un retour à la période d'éviction de la philosophie constitue un non-sens historique




Affirmer qu’il y a un retour vers la période où la philosophie avait connu une "éviction" est un "non-sens historique et une grande erreur", a souligné, samedi à Rabat, le président de la Commission des programmes, des méthodes et des manuels du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), Abdeljalil Lahjomri, se disant "étonné" de certaines affirmations au sujet du débat suscité par le contenu d’un manuel d’éducation islamique portant sur la philosophie.
"Dans les années 70 du dernier siècle la philosophie avait effectivement été écartée et plusieurs personnalités de l’Etat peuvent le témoigner. Mais depuis l’avènement de SM le Roi Mohammed VI, nous assistons plutôt à une affirmation de la philosophie, à une confirmation de cette discipline et à une dynamique irréversible de cette matière", a affirmé M. Lahjomri dans un entretien à la MAP.
"Cette matière s’inscrit dans le paysage éducatif marocain comme une donnée essentielle et incontournable", a fait observer M. Lahjomri, assurant que "la philosophie au Maroc, beaucoup plus qu’ailleurs, a été introduite dès la première année du lycée".
Ainsi, a-t-il insisté, "la présence et l’ancrage de la discipline de la philosophie au Maroc connaissent une dynamique irréversible", rappelant que le Maroc a accueilli, en 2014, un colloque international avec la participation de plus de 400 philosophes du monde entier autour d’un thème extrêmement important "Du possible à l’impossible".
En plus, a ajouté M. Lahjomri, parallèlement à la COP22, tenue en novembre dernier à Marrakech, un séminaire de haut niveau a été organisé sous le thème "Le changement climatique pour un nouveau champ du politique", qui a réuni les plus grands penseurs, sociologues, anthropologues, économistes et spécialistes des sciences humaines des quatre coins du monde, précisant que l’Académie du Royaume du Maroc tiendra sa 44ème session du 24 au 26 janvier courant sous le thème : "De la modernité aux modernités" qui va réunir des grands penseurs, philosophes et académiciens.
Tous ces faits confirment que "la philosophie est actuellement au Maroc une discipline dont la présence est irréversible et incontournable dans le paysage éducatif national. Elle s’inscrit dans ce système comme une matière essentielle de la formation des jeunes esprits", a relevé encore le membre du CSEFRS, faisant noter que les manuels de la philosophie en circulation au Maroc sont de "bons manuels" élaborés par de "bons enseignants qui sont objectifs dans leur travail".
Par ailleurs, M. Lahjomri a mis l’accent sur l’importance et la nécessité d’aborder la réforme des manuels, des programmes et des méthodes de manière "didactique et pédagogique et non idéologique", déplorant le fait que le débat concernant un texte dans le nouveau manuel scolaire de l’éducation islamique de la première année du Baccalauréat soit "entièrement idéologique".
Pour la Commission des programmes, des méthodes et des manuels du CSEFRS, il est "extrêmement important" d’étudier les manuels sur la base d’un axe pédagogique, a-t-il expliqué, ajoutant que cet axe de pédagogie est "essentiel".
"Si on aborde les manuels pour en faire des instruments idéologiques, à ce moment-là on ne forme pas les jeunes esprits mais on les déforme", a dit M. Lahjomri, soulignant que la Commission ne cesse d’appeler et d’insister sur cette question, à savoir, dégager la pédagogie de l’idéologie.
Dans ce sillage et pour éviter ce genre de débats, la Commission propose la mise en œuvre, le plus rapidement possible, de l’instance nationale permanente des révisions des programmes et des manuels, ajoutant que cette instance autonome pourrait réunir les spécialistes et les didacticiens, prendre le temps nécessaire pour les révisions du fond comme de la forme des manuels, suivre l’évolution des matières, des disciplines et des programmes et organiser même, à l’instar d’autres pays, des ateliers pour conseiller les concepteurs de manuels, a-t-il poursuivi, insistant sur le fait que l’élaboration des programmes "doit éviter la confrontation et la fragmentation des disciplines".
"Ce débat n’a aucune raison d’être parce qu’il faut apprendre à ces élèves et à ces jeunes esprits ce qu’on appelle l’art de la controverse, c’est-à-dire, pouvoir étudier les textes, les approfondir, prendre des distances vis-à-vis de ces textes, les évaluer, tirer des arguments, les déconstruire et les reconstruire pour avoir une opinion autonome", a fait remarquer M. Lahjomri, relevant que la Commission "ne voit pas la nécessité de retirer le manuel objet du débat parce qu’il n y a pas une volonté de nuire à la philosophie".

Lundi 23 Janvier 2017

Lu 492 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs