Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​3.600 Marocains appréhendés en Espagne pour trafic de drogue

Ils devancent les Colombiens, les Dominicains, les Roumains et les Français




​3.600 Marocains appréhendés en Espagne pour trafic de drogue
3.600 est le nombre de Marocains appréhendés en Espagne pour trafic de drogue en 2013, précisent des statistiques officielles publiées récemment par le ministère de l’Intérieur espagnol.  Ils représentent 12% des personnes arrêtées et 36% des étrangers.  Ils devancent les Colombiens (12%), les Dominicains (5%),  les Roumains (5%) et les Français (4%). Une grande partie des Marocains mis sous les verrous n’appartiennent pas aux réseaux du crime organisé. Il s’agit plutôt d’individus qui ont tenté d’introduire en territoire espagnol des quantités de drogue dissimilées dans leurs voitures ou dans leurs habits et ne dépassant pas les 10 kg.     Quel crédit faut-il accorder à ce genre de statistiques ? Les chiffres sur la délinquance des immigrés demeurent un sujet extrêmement controversé. Ils sont souvent objet de manipulations et extrapolations politiques ou électorales. Les thèmes de la délinquance et de l’immigration sont au cœur des discours de l’extrême droite et cela dans tous les pays européens sans exception. Et ils tendent à se banaliser dans le débat public. 
Les statistiques espagnoles évoquent certes une surreprésentation des ressortissants marocains dans le trafic de drogue mais elles ne pipent mot sur leur statut. S’agit-il de migrants légaux, de sans papiers ou Marocains naturalisés ? Personne ne le sait. Les données officielles ne précisent pas non plus de qui elles parlent en se référant aux « étrangers » et à partir de quel moment un citoyen est considéré comme espagnol ou simplement d’origine immigrée. Ce qui nous interpelle à propos des méthodes de collecte des données. Car additionner tous les Marocains mis en cause dans le calcul de la délinquance, qu’ils soient légalement installés en Espagne, en transit ou sans papiers risque de fausser la donne. Or, un calcul exact de la représentativité des étrangers dans la délinquance ne devrait tenir compte que de la proportion des étrangers légaux par rapport au reste de la population et exclure les étrangers en transit ou en situation irrégulière. Par ailleurs, une même personne peut être interpellée plusieurs fois pour le même délit notamment dans le cas de trafic de drogue. Ceci d’autant plus que les étrangers sont plus souvent contrôlés que le reste de la population. Une discrimination qui fausse la représentativité de l’échantillon de la délinquance des immigrés.
Autre remarque suscitée par ces chiffres et non des moindres, c’est leur source.  Car, si elles ont tout ce qu'il y a de plus officiel et émanent du bilan annuel établi par le ministère de l’Intérieur, il n’en reste pas moins qu’elles ne concernent que les cas d’interpellation et de détention et non les condamnations. Et entre les deux, la différence est de taille. 
En fait, les chiffres basés sur les condamnations par la justice et non sur les infractions constatées par la police restent plus fiables puisqu’ils relèvent de la justice pénale, ce qui exclut une large part des détentions illégales.  A cela s’ajoute le fait que ces statistiques prennent en compte des critères objectifs, à savoir la nationalité (mais aussi le sexe, l’âge…) et non l’origine ethnique, critère difficile à établir avec certitude.  

Hassan Bentaleb
Samedi 15 Novembre 2014

Lu 441 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés