Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​2016, une année record pour les investissements en capital au Maroc




​2016, une année  record pour  les investissements  en capital au Maroc

Les investissements en capital au Maroc ont atteint un chiffre record en 2016 en s'élevant à 786 millions de dirhams (MDH), selon l'Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC).
Le secteur industriel arrive en tête avec 45 % des investissements réalisés depuis 2011, suivi par celui des services et transport avec une part de 24 %, relève le rapport annuel de l'AMIC sur l'activité du capital investissement au Maroc, publié récemment à Casablanca.
Les investissements se concentrent principalement dans la partie Nord du pays, notamment sur l’axe Rabat-Casa (78%), la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (6%) et les régions de Fès-Meknès et Marrakech-Safi (5%), soulignent les auteurs du rapport.
L'étude indique que les actes de désinvestissement au cours de l'année 2016 ont totalisé 2,5 MMDH, soit une progression de 10% par rapport à 2015 et de 100% par rapport à 2014, rapporte la MAP. Et de préciser que le financement par le capital investissement n’a pas dépassé 305 MDH de fonds levés en 2016, avec un taux de pénétration n’excédant pas les 0,08%.
Pour ce qui est du cumul des montants levés à fin 2016, il s’élève à 11,1 MMDH pour le capital investissement auxquels s’ajoutent 5,5 MMDH levés par les fonds d’infrastructures, soit un total de 16,6 MMDH, explique le rapport, notant que depuis 2013, 86% des fonds levés sont transrégionaux.
S’agissant des taux de croissance annuel moyen (TCAM) du chiffre d'affaires et des effectifs des entreprises investies à fin 2016, ils sont respectivement de 12,6 % et de 10,5 %, confirmant l’impact positif du capital investissement malgré une année de croissance économique peu favorable.
En outre, les prévisions du rapport soulignent que les 5 prochaines années connaîtront une tendance aux investissements multisectoriels avec une légère préférence pour le secteur agroalimentaire (13%).
Le rapport relève en outre que la diversité des zones géographiques en matière d’investissement témoigne d’une politique d’investissement opportuniste n’excluant aucune région du Maroc. 




Libé
Lundi 13 Mars 2017

Lu 402 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >