Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​12 civils tués lors d'un raid aérien sur Sanaa





Douze civils, y compris des femmes et des enfants, ont trouvé la mort près de la capitale yéménite Sanaa lors d'un raid aérien imputé à la coalition sous commandement saoudien, ont indiqué dimanche des responsables locaux, des habitants et une agence rebelle.
Un responsable local a déclaré à l'AFP qu'un véhicule transportant les douze civils avait été touché par une frappe aérienne samedi à Harib Al-Qaramish, district de la province de Marib, à environ 70 km au nord-est de Sanaa.
La zone est aux mains des rebelles Houthis pro-iraniens qui contrôlent également la capitale Sanaa et le nord du Yémen depuis trois ans.
L'agence rebelle Saba a aussi fait état de cette attaque, précisant que le véhicule avait été détruit et tous ses occupants tués.
Selon des habitants, quatre enfants et deux femmes figurent parmi les victimes.
Vendredi, trois enfants ont été tués et neuf blessés dans des bombardements contre deux quartiers résidentiels contrôlés par les forces progouvernementales à Taëz, troisième ville du Yémen, ont indiqué samedi des témoins et l'Unicef.
Ces tirs au mortier provenant de zones contrôlées par les rebelles Houthis ont atteint les quartiers résidentiels d'Al-Deba et Al-Samil à Taëz, à 300 kilomètres au sud de la capitale Sanaa, ont déclaré des témoins à l'AFP.
"Terrible journée pour les enfants à Taëz: 3 tués et 9 grièvement blessés lors d'un bombardement à Al-Deba et Al-Samil", a écrit sur son compte Twitter l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), déplorant que les enfants "paient le plus lourd tribut dans ce conflit".
La guerre au Yémen a débuté en mars 2015 avec l'intervention d'une coalition internationale sous commandement saoudien, contre les rebelles chiites Houthis, qui contrôlent notamment une grande partie de la province de Taëz mais pas sa capitale du même nom.
Elle a fait plus de 8.000 morts --dont au moins 1.500 enfants-- et des millions de déplacés, précipitant le pays le plus pauvre du monde arabe au bord de la famine.
La crise humanitaire a par ailleurs provoqué une épidémie de choléra qui a tué plus de 1.800 personnes depuis avril, selon l'ONU et le Comité international de la Croix-Rouge.
L'ONU a prévenu en juillet que 80% des enfants au Yémen avaient besoin d'aide dans ce qu'elle qualifie de "plus grande crise humanitaire au monde".
La coalition arabe sous commandement saoudien, qui intervient au Yémen en soutien aux forces progouvernementales regroupées dans le sud, a été régulièrement critiquée dans le passé en Occident pour des "bavures" à répétition ayant fait des victimes civiles lors de frappes aériennes.
Depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015, le conflit au Yémen a fait quelque 8.400 morts et 48.000 blessés, dont de nombreux civils, et provoqué une grave crise humanitaire.

Lundi 18 Septembre 2017

Lu 126 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés