Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​«Le Maroc en mouvement» au cœur d'une rencontre-débat à Lisbonne




​«Le Maroc en mouvement» au cœur d'une rencontre-débat à Lisbonne
Une pléiade de professeurs et d'acteurs associatifs marocains et portugais se sont livrés, mardi soir à Lisbonne, à une analyse de nombreuses facettes de la dynamique que vit actuellement le Maroc dans différents domaines.
 Lors de cette rencontre-débat organisée sous le thème «Le Maroc en mouvement», l'ex-ambassadeur du Portugal à Rabat, Joao Rosa La, a souligné dans une intervention intitulée «Perceptions du Maroc contemporain», les atouts qui font la spécificité du modèle marocain, citant à cet égard la monarchie qui constitue, selon lui, un facteur de cohésion nationale.
Il s'agit également, selon ce diplomate, de la position géostratégique du pays situé entre la Méditerranée et l'Atlantique ainsi que la diversité culturelle et le pluralisme du Maroc.
M. Rosa La a de même mis l'accent sur la dynamique des réformes engagées sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, ainsi que les grands chantiers structurants et les projets d'envergure lancés dans différents domaines.
Pour sa part, Lahcen Oulhaj, doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat, a présenté les grandes lignes de la nouvelle Constitution adoptée en 2011, soulignant que la nouvelle Loi fondamentale a été faite dans la continuité et non dans la rupture, et vient ainsi couronner tout un processus de réformes initiées depuis les années 90.
M. Oulhaj, qui était membre de la Commission consultative de révision de la Constitution, a particulièrement mis l'accent sur le préambule qu'il qualifie d'une grande importance, puisqu'il met l’accent sur la réforme qui consacre la construction d'un Etat démocratique, moderne et pluraliste et l'identité marocaine pluraliste.
Dans une intervention intitulée «l'Islam au Maroc, le présent et le futur», le président de la Rabita Mohamedia des Oulémas, Ahmed Abbadi, a souligné que le réalisme à travers la jonction entre le texte et le contexte fait la spécificité de l'Islam au Maroc.
Le choix même du rite malékite par le Maroc est motivé par cette même logique, a-t-il indiqué, ajoutant que son fondateur l'imam Malek a acquis son savoir à Médine, le lieu à partir duquel l'Islam s'est répandu.
M. Abbadi a de même expliqué que le choix de la doctrine Achaarite et du soufisme Jounaidite s'explique aussi par ce souci  de concilier à la fois texte, raison et spiritualité.  

MAP
Vendredi 19 Décembre 2014

Lu 366 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés