Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Zoubir Bouhoute: Pas de mesures concrètes prises au niveau central




Zoubir Bouhoute: Pas de mesures concrètes  prises au niveau central
Pour expliquer
la situation du tourisme, créneau porteur à Ouarzazate, Zoubir Bouhoute recourt aux chiffres et à une analyse rationnelle du secteur
touristique. Son poste
de directeur du CPT
et celui d’acteur associatif l’aident à se faire une
idée générale du secteur.  Entretien.


 Vous avez tenu récemment une séance de travail avec le chef du gouvernement en présence de la FNT et de la CDT. Pouvez-vous nous éclairer sur cette coopération entre le patronat et le syndicat ?

 Je pense qu’un dialogue sérieux et responsable entre les promoteurs et les représentants des travailleurs est une excellente chose dans la mesure où il permet à chacun d’exprimer son point de vue et de proposer des solutions raisonnables et réalisables, surtout au moment des crises.

Et quels sont les grands problèmes exposés au chef du gouvernement?

Le dossier présenté conjointement par la FNT, la CDT et le CPT Ouarzazate met l’accent sur les grands problèmes de la destination, à savoir l’investissement, les difficultés financières des entreprises touristiques, les conflits sociaux, le désenclavement de la région (aérien et terrestre), le manque ou l’insuffisance d’animation, de promotion, la dégradation de la qualité des prestations, l’organisation du secteur, ainsi que le recul de l’activité cinématographique.
Mais on vous reproche d’être plus proche des positions des travailleurs que des patrons représentés au sein du CPT et où vous êtes nommé en tant que directeur.
Effectivement beaucoup de personnes n’ont pas bien compris les enjeux de ce rapprochement. Mais pour  bien le comprendre, je serais obligé de revenir un peu en arrière et exactement au mois d’avril 2010 lorsque le CPT avait tenu une assemblée ayant conduit à l’élection d’un nouveau bureau. Mais les choses sont restées bloquées pendant plus de 8 mois. Je me rappelle d’ailleurs que le collectif pour la démocratie d’Ouarzazate avait organisé une rencontre en partenariat avec l’Institut démocratique américain et j’étais chargé de faire une intervention sur le secteur du tourisme. Et justement la situation était catastrophique : baisse des arrivées et des nuitées, taux d’occupation dérisoire, l’aérien faisait défaut mais le plus grave est que  le CPT, l’organe qui devait agir pour faire la promotion, était plus ou moins bloqué.
Les choses se sont débloquées par la suite et le CPT avait repris son travail à partir de décembre 2010, avec la tenue d’une réunion très importante à Ouarzazate le 2 février 2011 en présence du directeur  général de l’ONMT.  Cette réunion a abouti à la signature d’un accord de partenariat entre le CPT et l’ONMT avec un plan d’action annuel d’une enveloppe de près de 5 millions de dirhams.
On m’a contacté début février et demandé de préparer  un dossier  sur le secteur du tourisme (à l’image des dossiers que nous avons préparés lors de l’élaboration du Plan de développement communal de la municipalité de Ouarzazate.
Donc, la collaboration avec le syndicat avait démarré à cette époque.
Mon point de vue (validé par  l’ex-gouverneur de la province) était d’impliquer les représentants des travailleurs dans la vision des choses. Mon argument était qu’il ne fallait pas envoyer des propositions pour la promotion du secteur, alors que les principaux partenaires n’en sont même pas au courant  et leurs doléances ne sont pas prises en compte. Donc nous avons préparé un dossier qui reprenait la problématique du secteur, mais avec une vision globale (l’avis du syndicat était pris en compte). A cette époque, je n’étais pas encore à la direction du CPT, mais j’avais agi suite à l’intervention de certaines personnes que je respecte beaucoup et qui s’impliquent réellement dans le développement de la région.   

Ce dossier était-il votre ticket d’entrée au CPT?

Là, c’est une autre histoire, parce qu’il y avait un autre candidat. Mais le bureau du CPT m’a convoqué  et après une grande discussion, les membres du bureau ont délibéré et ont décidé à l’unanimité ma nomination à la direction du CPT, mais je pense que le travail qui était à ses débuts était déterminant.

Vos propositions avaient-elles été envoyées aux départements concernés ?

On nous a dit officieusement que le dossier est entre de bonnes mains et qu’une commission représentant six ministères se penchait sur la problématique du tourisme d’Ouarzazate. Pendant ce temps, le CPT devait accomplir sa mission localement en collaboration avec nos différents partenaires.

Quelles sont les actions que le CPT a-t-il menées depuis?

En 2011 et 2012, différentes brochures ont été imprimées en trois langues (français, anglais et espagnol), une plaquette généraliste sur la destination Ouarzazate, une brochure sur le tourisme d’affaire, sur l’écotourisme et la biodiversité ainsi qu’une dernière brochure sur les circuits : musées, cinéma et casbahs. Un DVD et un guide électronique ont aussi été édités.
Une fois ces documents de promotion réalisés, les équipes du CPT ont participé aux principaux salons internationaux de tourisme comme celui de Paris, Madrid, Berlin, Londres, Barcelone, et pour la première fois dans l’histoire du CPT, nous avons participé en 2012 au salon de Moscou. L'Office national marocain du tourisme, principal partenaire du CPT, participe au financement des publications, des foires et salons internationaux (prise en charge de location des stands) ainsi que des opérations de relations publiques.
En 2011, nous avons soutenu différents événements à Ouarzazate : Moviemed, les rencontres sous les tentes, l'Ultra marathon, animation d'accueil à l'aéroport, le Festival des musiques amazighes IKLANE, l'opération d'animation du Ramadan, le festival Azalay et le Semi-marathon. En 2012, nous avons mené moins d'actions qu'en 2011 et nous nous sommes concentrés sur la relance du Festival Ahwach qui avait été interrompu depuis 2007. Un accord avec le ministère de la Culture nous a permis de l'organiser sous le label de festival national, ce qui lui donne une renommée plus importante. Le ministère a fait un apport de 600.000 DH et le CPT un autre de 300.000 DH. 14 troupes ont ainsi pu participer à ces rencontres. Il est à noter que le mois d'octobre 2012 a enregistré 5200 nuitées supplémentaires par rapport au mois d’octobre 2011. D’un autre côté, nous avons aussi soutenu l'organisation du Festival de poésie Tamawayt et pour la première fois, un festival s'est tenu à la Palmeraie Skoura. Nous avons aussi soutenu le Nouvel An amazigh comme nous avons accueilli 30 séjours professionnels (tourisme et presse) avec près de 400 participants de tous les pays.

Et vous avez donc estimé que ce qui est fait est insuffisant?

Bien que les réalisations  soient pour la première fois positives, (après 2006, année excellente en termes d’arrivées et de nuitées, le secteur  a connu une régression depuis 2007), nous avons constaté qu’il n’y a pas eu de mesures concrètes au niveau central, les problèmes sont structurels et la situation allait empirer surtout suite aux conflits sociaux, les grands problèmes ne sont pas bien abordés et il y a toujours un risque de régression ou de chaos.  
Le chef  du gouvernement et son équipe composée de Abdellah  Baha, Jamaa Lmouaatassim et Abdelhak El Arabi, respectivement ministre d’état, chef de cabinet et conseiller à la présidence du gouvernement, étaient  très attentifs et ont exprimé leur volonté d’accompagner nos efforts. Le chef du gouvernement a accepté la proposition formulée par les professionnels et le syndicat pour l’institution d’une commission mixte qui devait se pencher sur ce dossier, en proposant des suggestions concrètes et réalisables pour résoudre ce grand problème.

Et où en est ce dossier pour le moment?

La commission mixte s’est réunie le 11 mars à Ouarzazate en présence d’un membre représentant le chef du gouvernement, le gouverneur de la province d’Ouarzazate, le syndicat et le CPT. Trois sous-commissions ont été créées et ont continué le travail les 12 et 13 mars. Mais en ma qualité de coordinateur des travaux, nous avons continué les contacts avec les responsables de la FNT  et de la CDT. Nous avons aussi entrepris des contacts au niveau central notamment avec les banques. Le dossier est en ce moment prêt à être présenté  lors d’une deuxième rencontre.

Quels sont, selon vous, les axes prioritaires de ce dossier?

Cette question des priorités s’impose pour plusieurs raisons, mais honnêtement, nous devons accorder une grande importance au volet social dans la mesure où près de 300 personnes sont actuellement sans emploi, vient ensuite le dossier de la connexion de la région tant aérienne que terrestre. Le dossier de l’investissement est aussi prioritaire du fait que dans la mesure où des projets sont gelés depuis 2004, et surtout le projet de la valorisation des kasbah, lequel est doté d’une enveloppe de 425 millions de dirhams mais on ne constate aucune action sur le terrain sachant que la convention relative à ce fonds financé par les deniers publics (la CDG) a été signée dans le cadre  de la Vision 2020, c'est-à-dire en novembre 2010.

Un autre problème  pour lequel on est sollicité aussi est celui du secteur cinématographique. Une stratégie a été mise en place depuis 2007, avec la création d’une association qui devait piloter cette stratégie depuis 2008, mais peu de choses (si on ne veut pas dire RIEN) ont été concrétisées sur le terrain et surtout au vu des budgets alloués à cette Association la Ouarzazate film  commission.  
Etes-vous optimiste quant à l’aboutissement de votre démarche ?

Je sais que c’est un travail très difficile. Le dossier est  transversal et nous avons besoin de beaucoup d’actions émanant de plusieurs ministères (Tourisme, Culture, Communication, Intérieur, Equipement, Finances, Emploi , etc.. ), mais nous avons surtout besoin de la synchronisation et de la synergie des actions.
Nous avons travaillé dur pour préparer le dossier et nous continuerons dans la même dynamique. Une chose est sûre, c’est que ce dossier ne réussira qu’avec l’implication sérieuse de tous les intervenants, sinon on va aller droit à une catastrophe.

Propos recueillis par M. Elouizi
Lundi 1 Avril 2013

Lu 411 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs