Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ziriab :Le musicien et poète de génie




Abu Al-Hassan Ali ben Nafi, dit aussi Ziriab (ou bien Zyriab ou Ziryab), né dans un village kurde de Mossoul en 789 et mort à Cordoue en 857, est l'un des principales figures de l'histoire de la musique arabo-andalouse au IXe siècle. Il introduisit le oud (luth arabe) en Andalousie après lui avoir ajouté une cinquième corde et en développant le jeu au plectre. C'est ce luth qui s'est ensuite répandu dans le reste de l'Europe. La chanson de Roland fut sans doute jouée sur un luth de ce type. Ziryab fut non seulement un musicien extraordinaire, mais aussi un grand lettré, un astronome et un géographe. Fils unique d'une famille kurde de classe plutôt pauvre dont aucun autre enfant ne survécut, son père Nafi décida de s'installer à Bagdad alors que Ziryab n'était qu'enfant. Il put y étudier la science, la littérature, la géographie et l'astronomie et fut un élève brillant. Mais il allait exceller dans un autre domaine : la musique. Appelé le "Merle" ou "l'alouette", il fut présenté à la cour du Calife Haroun al-Rachid par son maître, Ishaq al-Mawsili (767-850) lui aussi kurde, originaire de Mossoul, fils d' Ibrahim Al-Mawsili qui avait introduit la musique, jusque là art banni par l'Islam, dans la cour du Calife. Ainsi il avait fondé à Bagdad le premier conservatoire de ce qui allait ensuite être appelé "musique arabo-musulmane". On dit qu'à l'âge de douze ans, Ziryab savait déjà chanter à merveille et jouer de l'oud. A 19 ans, il améliora cet instrument d'origine persane, le "barbat", en lui ajoutant une cinquième corde et des barrettes. Ce luth à 5 cordes, à manche court, sans touche, à la caisse en forme d¹amande fut considéré dans tout l'Orient comme le roi des instruments de la musique savante.
Le monarque séduit par sa voix d'or et ses mélodies originales, le combla de cadeaux somptueux. En quelques années, le prestige du jeune chanteur surpassa celui d'Ibrahim al Mahdi "le rossignol kurde (743-806), le plus célèbre musicien du royaume. Son maître Ishaq al-Mawsili en prit ombrage et succombant à la jalousie le menaça de prison ou de mort.
Ziryab choisit l'exil, quitta Bagdad pour un séjour de quelques années à la cour des Aghlabides à Kairouan (Tunisie) où fêté comme à Bagdad, il s'attira les foudres de l'émir pour un poème frondeur. Il s'établit ensuite à Cordoue en 822, où l'Émir omeyade Abd al-Rahman II l'accueillit princièrement et le traita avec les plus grands honneurs. Ali ben Nâfi reçut deux cents pièces d'or par mois, d'abondants dons en nature, des maisons, des jardins et des champs valant une fortune. Ziryab avait un goût certain pour le luxe. Il introduisit à Cordoue des modes vestimentaires venues de Bagdad et les notables imitèrent son élégance et ses manières distinguées. C'est aussi lui qui fit découvrir le jeu d'échecs et le jeu de polo en Espagne. À son arrivée à Cordoue, il créa une école de musique, premier conservatoire d'Europe ouvert à tous, financé par la cassette du Calife. Outre ses travaux qui firent le succès et le raffinement de la musique arabo-andalouse, Ziryab, artiste de génie, eut à son actif bien d'autres inventions artistiques majeures. Chanteur, il mit au point les techniques poétiques et vocales tel le muwashshah ou zagal qui donnèrent naissance au flamenco. Compositeur, il créa un millier de poèmes mélodiques qui seront joués et chantés en Andalousie et dans tout le bassin méditerranéen.
C'est encore Ziryab qui introduit à la cour le système des noubas, fondement de la tradition musicale andalouse. Nouba veut dire "attendre son tour". Chaque musicien, en effet, attendait son tour pour chanter devant le calife. Indissociable de la danse, la nouba est une suite de pièces vocales et instrumentales dont le nombre de mouvement et de pièces, basé sur les modes, s'est enrichi au fil des siècles. Ziryab introduisit dans les chœurs de la nouba des "chanteurs n'ayant pas mué", ces fameux castrats dont la voix charmera les mélomanes jusque à Rome, dans la chapelle pontificale. Technicien précis, Ziryab codifia le chant, limitant les improvisations. Pédagogue, il fit travailler ses élèves en les initiant à la pratique des vocalises. Musicien extraordinaire, il va explorer et tenter d'assimiler les musiques du Nord, les romanceros profanes, les musiques religieuses chrétiennes comme le chant grégorien qu'il transposera dans le malouf. Grâce à sa prodigieuse mémoire, c'est par lui que des milliers de chansons orientales de lointaine origine gréco-persane entrèrent en Andalousie. Mais Ziryab se révéla aussi une fin lettrée, un poète précieux, qui perfectionna le sawf, délicat poème monorime. Il fut un conteur intarissable.Par son charisme et son talent, il devint l'arbitre de l'élégance d'Al-Andalus, y révolutionna les modes vestimentaires et la cosmétique. Il imposa à la Cour l'art raffiné de la cuisine irakienne, celle des Mille et Une Nuits, et un ordre protocolaire strict pour l'ornement de la table et l'ordonnancement des mets. C'est au raffinement de Ziryab et à ses préceptes que l'on doit le remplacement des nappes en lin par celles de cuir ouvragé et celui des gobelets d'or ou d'argent par les coupes de cristal. Il apporta également dans une société musulmane réputée austère et fermée, surtout celle des femmes, et plus particulièrement aux recluses des harems et à leurs eunuques, les recettes secrètes de la magie et de la divination chaldéenne. Ziriab, au courant de tous les secrets de la cour, eut une grande influence sur l'Émir Abd al-Rahman II et fut un de ses confidents et conseillers les plus écoutés. La petite histoire lui attribue de nombreuses bonnes fortunes, tant féminines que masculines. Ziriab se maria à une fille de famille royale qui l'aida tout au long de son domaine qui est l'art andalou, et avec laquelle il eut trois enfants:deux garçons et une fille. Leur mariage se déroula luxueusement en Andalousie. Ils vécurent heureux à jamais, et même après la mort de son fidèle mari, elle ne put se remarier et fit grandir ses enfants et les aima tout autant que son défunt jusqu'à son dernier souffle. Tout à fait comme son affranchi Moulay Ghali El Châarif qui demeura près de lui depuis le début de sa route vers l'art. Celui-ci aimait aussi la jeune Meryem, fille d'un marchand de pommes et d'une tisseuse de draps dans le village qui resta auprès de la belle fille aux yeux noirs comme deux fidèles veuves, il ne leur demeura certes que leurs chers enfants.

Libé
Lundi 22 Août 2011

Lu 248 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs