Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Zidane: “Il faut savourer”




Zinédine Zidane a déclaré mercredi, dans un entretien rapporté par l’AFP, vouloir “savourer” la victoire de son Real Madrid en demi-finale retour de Ligue des champions contre Manchester City (1-0) tout en rappelant que la finale contre l’Atletico serait “difficile” et que son équipe n’avait encore “rien obtenu”.

Vous voilà en finale de la Ligue des champions. Quelle est la part de mérite attribuable à Zinédine Zidane dans cette qualification ?
“Ce soir, il faut savourer, savourer ce moment avec le public, qui a été phénoménal. Mais nous n’avons encore rien obtenu. Le 28 mai (en finale contre l’Atletico), ce sera un match difficile, compliqué, important. Mais pour l’heure, il faut nous reposer et penser à dimanche, où nous avons un match important (contre Valence en Liga). Gagner (la finale) serait merveilleux mais nous n’en sommes pas encore là. (...) Je suis l’entraîneur de l’équipe et il y a sûrement des choses que j’ai bien faites. Mais il n’y a pas que moi, il y a tous les gens qui travaillent avec moi. Et je sais que le plus important, ce sont les joueurs et ce qu’ils font chaque jour. Ce sont eux qui me permettent de savourer le football, car j’adore le football. Et quand je vois mes joueurs impliqués, je suis heureux.”

Après quatre mois en poste, vous allez disputer une finale de Ligue des champions. Sentez-vous une bonne étoile veiller sur vous ?
“Je suis surtout content de ce que je fais chaque jour, d’être à la tête de ce grand club, de cette grande équipe, avec des joueurs importants. Content surtout que ce club m’ait donné la possibilité d’entraîner cette équipe. Maintenant je le sais, on n’a rien gagné. On est en course pour tout (C1 et Liga, NDLR). On va continuer à travailler comme ça tous ensemble et penser comme d’habitude qu’on peut faire des choses importantes si on travaille bien en équipe. C’est ce qu’on a fait ce soir et c’est une soirée où il faut profiter.”

Avez-vous ressenti la même émotion que lorsque vous aviez atteint la finale en tant que joueur ?
“C’est différent, forcément, mais c’est ce que je fais (désormais). C’est sûr que je souffre davantage. Quand tu es sur le côté... Dès que le match commence, je suis tendu et ça se voit. Mais en même temps, c’est une tension en retenue. Ce que j’ai vécu comme joueur et ce que je vis comme entraîneur, je le vis chaque jour avec la même intensité, comme si c’était le dernier (match). Je suis en train de profiter mais je sais que dans une carrière d’entraîneur il va y avoir des moments plus difficiles et il faut être entre les deux. Mais je suis content et surtout je profite de ce que je fais chaque jour.”

 

Vendredi 6 Mai 2016

Lu 271 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs