Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Zagora : Les fellahs de Tinoufellah veulent le partage des eaux d’irrigation




Source de vie, l’eau peut se transformer en une source de conflit fratricide aussi. C’est ce qui est arrivé à Agdez, province de Zagora. Les fellahs de Tinoufellah qui ne peuvent  attendre plus longtemps, n’ont pas irrigué leurs terrains agricoles depuis près de vingt ans. Et pour cause, le conflit qui les oppose à deux douars, situés  sur les hauteurs de cette zone. La population de ces derniers avait procédé au début des années 90 à l’arrêt de l’approvisionnement des sept douars en aval en eaux d’irrigation. Réaction immédiate, les populations de Zawit Bounou, Takaterte, Ait lkaid lmir, Talath, Zawit Si Charki, Ihgram Azggagh et Zawit Si Boumadian Aboussas sont allés sur place détruire la source à l’origine. Résultat : personne n’en bénéficie depuis 19 ans. Après de longues et interminables réunions de réconciliation entre les deux parties, les autorités ont constitué une commission provinciale, ce qui a donné lieu à un arrêté du gouverneur. Cette décision stipule la redynamisation des séguias de Tinoufellah en faveur des deux parties avec des parts égales. Le problème n’est pas fini pour autant. La situation est restée la même. Les douars victimes de cette privation se plaignent d’une certaine politisation de ce dossier, étant donné l’implication des échéances électorales, et les pressions exercées par des parties électoralistes en faveur des deux douars de l’amont ! Forts de l’appui d’un député de la région, censé représenter tout le monde, les deux douars en question ont eu recours à d’autres canaux. Ils sont ainsi allés chercher renfort auprès de personnalités influentes à Rabat. Suite à quoi, le wali de Souss-Massa-Drâa (Agadir) convoquera les deux parties. Mais, la réponse du côté des Aït Tinoufellah est claire : Assez de rencontres, il faut partager les eaux d’irrigation et mettre en œuvre l’arrêté du gouverneur de Zagora. Durant ces dix-neuf ans, l’affaire en question avait été la cause de plusieurs disputes tribales, des échauffourées qui ont fait un mort et plusieurs blessés.

Mustapha Elouizi
Samedi 25 Juin 2011

Lu 88 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs