Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Zagora : Le film transaharien souffle sa huitième bougie




Zagora : Le film transaharien souffle sa huitième bougie
Et de huit pour la Rencontre internationale du film transaharien qui aura lieu du 22 au 27 octobre à Zagora. Fidèle à sa thématique, en l’occurrence le « Cinéma du désert », l’Association Zagora pour le film transaharien a choisi cette année de célébrer un sujet combien important : Le cinéma et l’environnement. Riche et varié, le menu de cette édition sera ainsi ponctué de films et d’activités parallèles qui vont dans ce sens. Deux nouveautés pour cette huitième édition, la première sera la célébration du cinéma de l’environnement par une conférence qui offre la possibilité aux participants de débattre autour de cette thématique, mais aussi par la projection de trois films ayant une relation avec la thématique du festival, en l’occurrence « Un homme qui crie du tchadien : Mohamt Saleh Haroun », « Noir océan »  du Belge Marion Hansel, « Alamar » du Mexicain Pedro Gonzales kubo. La seconde n’est autre que l’organisation d’un concours de scénarios, dont les dix sélectionnés bénéficieront d’un accompagnement de la part de cinéastes professionnels.
Par ailleurs, le programme comprend la projection des films de France, d’Espagne, du Mexique, du Tchad, d’Allemagne, d’Algérie, de Tunisie et bien évidemment du Maroc, pays qui renferme toutes les potentialités d’un pays d’accueil cinématographique. L’un des grands moments de cette huitième édition, sera le vibrant hommage que Zagora entend rendre à deux gens du cinéma: le comédien Mohamed Choubi et le critique de cinéma Mohamed Soukri. Des témoignages seront prononcés à l’endroit des deux hommes du cinéma marocain.
Outre la participation de comédiens, réalisateurs et artistes nationaux, le Festival qui se veut également un outil d’animation artistique et de promotion touristique, revêt une dimension internationale dans la mesure où il accueillera comme d’habitude des hôtes de l’étranger. Le public sera ainsi au rendez-vous avec cette manifestation qui verra également l’organisation d’ateliers d’initiation aux métiers de cinéma animés par des spécialistes en la matière. Cette tendance à l’initiation et à la formation va de pair avec l’absence de tout genre de compétitions entre films. Pas de prix, pas de classement, seuls le débat, la rencontre et l’échange priment pour les initiateurs de cette jeune expérience.

Rachida Alami
Jeudi 13 Octobre 2011

Lu 438 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs