Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Wonder Woman” fait polémique en Algérie




“Wonder Woman” fait polémique en Algérie
Elle ne met pas tout le monde d'accord. Alors que Wonder Woman s'est emparé du box-office américain en franchissant la barre symbolique des 100 millions de dollars de recettes dès sa sortie, d'autres pays ne voient pas l'arrivée de ce film, réalisé par Patty Jenkins, d'un très bon œil. Après le Liban, qui a interdit la diffusion du block buster consacré à l'Amazone aux super pouvoirs en guise de boycott contre Israël (Gal Gadot, l'actrice principale du film étant de nationalité israélienne), c'est au tour de l'Algérie de déprogrammer le film.  Ce dernier devait être présenté le 8 juin prochain lors du Festival des Nuits du cinéma à Alger, mais dès le 4 juin Wonder Woman n'apparaissait plus sur le programme "modifié" de la seconde édition de cet événement cinématographique. La projection du film avait enflammé les réseaux sociaux et suscité une pétition demandant son annulation.
Cependant, les organisateurs sont formels et ont assuré à l'AFP que la déprogrammation était liée à des problèmes de droits d'exploitation. "Le film sera reprogrammé une fois les contraintes administratives liées aux droits d'exploitation réglées", a expliqué Amine Idjer, responsable de la communication de MD Ciné, la société privée de distribution co-organisatrice du festival. Amine Idjer a également précisé que "le ministère algérien de la Culture avait donné le visa d'exploitation" et assuré que cette déprogrammation n'avait rien à voir avec la campagne de boycott lancée sur Internet contre - encore une fois - Gal Gadot.
En effet, depuis le début du mois de juin, une pétition en ligne intitulée "Non ! Pas en Algérie" demande l'interdiction du film Wonder Woman, "dont l'actrice principale glorifie l'attaque au phosphore blanc contre Gaza", peut-on lire dans le texte.
L'actrice israélienne avait en effet défendu à l'été 2014, dans un post Facebook, l'offensive meurtrière d'Israël contre la Bande de Gaza. La pétition estimait en outre "inacceptable" que la date prévue de la projection corresponde "au 50e anniversaire (du début) de l'occupation de Gaza durant la Guerre des Six jours", du 5 au 10 juin 1967. Des projections de Wonder Woman restent en revanche prévues durant le mois de juin dans d'autres pays arabes, notamment en Tunisie, aux Émirats arabes unis ou en Égypte.

Jeudi 8 Juin 2017

Lu 402 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs