Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington ferme son ambassade en Centrafrique : L'ONU demande à Bangui de garantir la sécurité des civils




Washington ferme son ambassade en Centrafrique : L'ONU demande à Bangui de garantir la sécurité des civils
Les Etats-Unis ont annoncé jeudi soir avoir fermé leur ambassade en Centrafrique et fait évacuer leur ambassadeur et son équipe, en raison des troubles dans ce pays d'Afrique.
"L'ambassade des Etats-Unis à Bangui a provisoirement suspendu ses opérations le 28 décembre (heure de Bangui, Ndlr) en raison de la situation sécuritaire en République centrafricaine (...). L'ambassadeur Wohlers et son équipe diplomatique ont quitté Bangui aujourd'hui avec d'autres ressortissants américains", a annoncé dans un communiqué un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell.
Un porte-parole du ministère de la Défense, Todd Breasseale, a précisé que "le commandement américain en Afrique avait appuyé l'évacuation de l'ambassade des Etats-Unis à Bangui", notamment "l'acheminement de ressortissants américains et d'étrangers vers des lieux sûrs de la région". Un autre responsable officiel américain a précisé qu'un avion militaire avait quitté Bangui vers 00H00 GMT.
M. Ventrell, du département d'Etat, a ajouté que "cette décision était uniquement due aux inquiétudes sur la sécurité de notre personnel et n'était en rien liée à nos relations diplomatiques continues et de longue date avec la République centrafricaine". Washington avait déjà exprimé mercredi sa "profonde inquiétude" face aux troubles en Centrafrique, poussant tous ses ressortissants à quitter le pays et demandant aux autorités centrafricaines de protéger leur ambassade et à la rébellion de cesser les combats.
"Les Etats-Unis encouragent toutes les parties en Centrafrique à participer au dialogue sous l'égide de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC)", laquelle va tenter d'obtenir un cessez-le-feu, a insisté le département d'Etat.
La décision d'évacuer Bangui intervient au lendemain d'une manifestation violente de plusieurs centaines de personnes, proches du pouvoir, qui avaient lancé mercredi des projectiles sur l'ambassade de France. Ces manifestants avaient auparavant fait un sit-in devant l'ambassade des Etats-Unis.
De son côté, le Conseil de sécurité de l'ONU a souligné jeudi qu'il incombait au gouvernement centrafricain de "maintenir la loi et l'ordre et de garantir la sécurité de la population civile".
Dans une déclaration adoptée jeudi soir, les 15 pays membres réitèrent leur demande aux rebelles de la coalition Seleka de "cesser immédiatement les hostilités", de se retirer des villes conquises et de cesser d'avancer vers Bangui. Ils "demandent à toutes les parties de s'abstenir de toute violence envers les civils et de respecter les droits de l'Homme".

Libé
Samedi 29 Décembre 2012

Lu 173 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs