Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington examine le jeu des alliances en Syrie

Prudence et méfiance restent de mise




Washington examine le jeu des alliances en Syrie
Les Etats-Unis ont une connaissance de plus en plus fine de l'opposition syrienne mais doivent encore déterminer plus précisément la nature de ses relations avec les islamistes radicaux cherchant comme elle à renverser Bachar Al Assad, a déclaré lundi le chef d'état-major de l'armée américaine. Les rebelles syriens ne cessent de réclamer des armes aux Etats-Unis mais le président américain Barack Obama est réticent à répondre favorablement à leur demande de crainte de voir de telles armes tomber dans les mains de combattants liés à Al-Qaïda.
S'exprimant devant un petit groupe de journalistes à Tel Aviv, le général Martin Dempsey n'a pas évoqué en détail cette question des livraisons d'armes. Il a déclaré qu'il n'était "pas surprenant" d'assister à une forme de collaboration entre rebelles dits modérés et activistes islamistes puisqu'ils partagent un ennemi commun.
"Le véritable défi pour la communauté du renseignement, franchement, c'est de savoir quand ils collaborent juste sur un point précis à un moment précis et quand ils pourraient en fait s'allier les uns avec les autres", a dit Martin Dempsey à l'entame d'une tournée en Israël et en Jordanie.
Conformément à ce qu'ont déjà déclaré des responsables américains, le chef d'état-major de l'armée américaine a répété que les forces gouvernementales syriennes déplaçaient parfois des armes chimiques.
"Cela se produit fréquemment et je pense que cela reflète probablement le fait que le régime redoute que si (cet arsenal) devait être entreposé quelque part de manière permanente, cela pourrait le rendre vulnérable", a-t-il dit.
Martin Dempsey doit rencontrer mardi le général Benny Gantz, chef d'état-major de l'armée israélienne, qu'il a davantage rencontré que n'importe quel autre de ses homologues, et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.
A Amman, il a déclaré qu'il évoquerait avec ses interlocuteurs jordaniens la possibilité d'un renforcement de la coopération en matière de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR). Environ un millier de militaires américains sont déployés en Jordanie, notamment pour faire voler des avions de chasse F-16 et s'occuper de batteries antimissiles Patriot censées parer à toute attaque syrienne.
"Il y a certaines choses que nous faisons mieux que n'importe qui dans le monde et que nous pouvons partager avec les partenaires qui le désirent si le besoin s'en fait sentir", a dit Martin Dempsey.

Libé
Mercredi 14 Août 2013

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs