Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington estime "indéniable" l'usage d'armes chimiques en Syrie

Mises en garde russe et iranienne




Washington estime "indéniable"   l'usage d'armes chimiques en Syrie
L'utilisation d'armes chimiques près de Damas le 21 août est "indéniable", a assuré le secrétaire d'Etat John Kerry lundi, dont le pays consulte à tout-va sur une éventuelle intervention militaire contre le régime syrien, au moment où les experts de l'ONU recueillent des échantillons sur le site de l'attaque présumée.
"Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie", a déclaré M. Kerry devant la presse lors d'une intervention à Washington, "c'est indéniable".
La Russie "regrette" que les Etats-Unis aient décidé de reporter une réunion bilatérale sur la Syrie, a indiqué mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov. "Elaborer les mécanismes d'un règlement politique en Syrie aurait été extrêmement utile justement maintenant", alors que la menace d'une action armée pèse sur ce pays, a-t-il ajouté.
 Sans désigner de coupable, John Kerry a assuré que "le président Obama pense que ceux qui ont recours aux armes les plus atroces contre les populations les plus vulnérables de la planète doivent rendre des comptes".
Mais M. Kerry n'a pas évoqué de quelconque projet de frappe contre le régime de Damas. De même, la Maison Blanche a démenti des informations du quotidien britannique Telegraph affirmant que Washington et Londres s'apprêtaient à lancer une action militaire commune "dans les prochains jours".
Ces derniers jours, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a cependant déclaré que les forces américaines étaient prêtes à agir si nécessaire.
Sur le terrain, les enquêteurs de l'ONU sont finalement parvenus à se rendre à Moadamiyat al-Cham, une localité au sud-ouest de Damas tenue par les rebelles et cible mercredi, selon l'opposition, d'une attaque à l'arme chimique par le régime.
  Un porte-parole de l'ONU a précisé que la collecte d'informations et d'échantillons avait "été très productive" et l'équipe "semblait très satisfaite de son travail". Il a ajouté que les experts poursuivraient leur travail mardi, sans indiquer où.
   Mais la Russie, puissante et fidèle alliée du régime, a mis en garde contre une intervention militaire sans aval du Conseil de sécurité de l'ONU, estimant qu'elle serait "dangereuse" et constituerait "une violation illégale du droit international".
Le président Vladimir Poutine s'est entretenu lundi par téléphone avec le Premier ministre britannique David Cameron, qui a écourté ses vacances, affirmant notamment qu'il n'y avait "pas de preuves ni de l'utilisation d'armes chimiques ni de qui en serait responsable".
Autre allié du régime syrien, l'Iran a prévenu les Etats-Unis de "dures conséquences" en cas d'intervention.
La Chine a préconisé elle la "prudence, afin d'éviter toute ingérence".

AFP
Mercredi 28 Août 2013

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs