Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington cherche une coalition pour frapper la Syrie

Le Parlement dit non à Cameron




Washington cherche une coalition pour frapper la Syrie
 
Les Etats-Unis recherchent toujours «une coalition internationale» en vue d’éventuelles frappes contre le régime syrien accusé d’avoir utilisé des armes chimiques, tout en laissant entendre qu’ils pourraient agir seuls après le refus de leur allié britannique d’intervenir.
Sur le terrain, les experts de la mission de l’ONU doivent se déplacer une dernière fois sur les sites de l’attaque chimique présumée qui a fait des centaines de morts le 21 août près de Damas, avant de quitter le pays samedi.
Face à la menace de veto russe et éventuellement chinois au Conseil de sécurité de l’ONU et après le vote du Parlement britannique rejetant une intervention militaire en Syrie, la Maison Blanche a laissé entendre que le président américain Barack Obama se réservait le droit d’agir unilatéralement contre le régime syrien.
«Les Etats-Unis continueront à consulter le gouvernement britannique, l’un de nos alliés et amis les plus proches», mais «les décisions du président Obama seront guidées par ce qui est dans l’intérêt des Etats-Unis», a déclaré la porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, Caitlin Hayden.
M. Obama «pense que des intérêts cruciaux des Etats-Unis sont en jeu, et que les pays qui violent les règles internationales sur les armes chimiques doivent rendre des comptes», a-t-elle ajouté.
«Notre approche est de continuer pour trouver une coalition internationale qui agira de concert», a cependant assuré Chuck Hagel, secrétaire américain à la Défense, lors d’une conférence de presse vendredi à Manille. Jeudi soir, un responsable du Congrès américain ayant participé à une conférence téléphonique avec la Maison Blanche sur la Syrie a indiqué que M. Obama n’avait pas encore pris de décision sur une éventuelle intervention.
M. Cameron a pour sa part clairement tiré les conséquences du vote des députés: «Il est clair que le Parlement britannique ne veut pas d’intervention militaire britannique. Je prends note et le gouvernement agira en conséquence», a-t-il déclaré.
A l’ONU, une réunion d’à peine 45 minutes entre les cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France disposant tous d’un droit de veto) s’est achevée jeudi soir sans progrès apparents.
Alliée de la Syrie, la Russie a répété vendredi son opposition à une action militaire: «La Russie est contre toute résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, prévoyant la possibilité d’user de la force», a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, cité par l’agence officielle Itar-Tass.
La France, l’autre alliée de Washington à l’ONU, a reconnu qu’une riposte militaire était «compliquée à construire». Le président François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont dit attendre les résultats de l’enquête de l’ONU. 
Jeudi, les experts de la mission de l’ONU avaient passé près de 4 heures sur l’un des sites dans la banlieue est de Damas. Selon un porte-parole de l’ONU à New York, Farhan Haq, ils ont recueilli «quantité» d’éléments sur l’attaque.

AFP
Samedi 31 Août 2013

Lu 762 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs