Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Wahid Chakib, l’enfant de Kénitra qui s’est illustré sur la scène théâtrale française




Ni les problèmes familiaux ni la pauvreté n’ont eu raison de la détermination de Wahid Chakib, enfant de Kénitra, à se frayer son chemin sur la scène artistique française, une ténacité doublée d’un talent pur, qui lui ont permis de devenir un comédien et un réalisateur connu et reconnu dans les théâtres de Bordeaux.
Du quartier Essaknia à Kénitra, ou “Hallala” comme il l’appelle  affectueusement, aux grands rendez-vous culturels bordelais, comme le fameux  “Printemps des poètes”, se dessine un parcours riche en expériences et  découvertes, qui ont permis à Wahid Chakib (49 ans) de gagner en notoriété  parmi les professionnels du sixième art en France.
Lauréat d’un baccalauréat en sciences expérimentales, l’artiste s’est tourné  naturellement vers les études du théâtre au sein de l’Institut supérieur d’art  dramatique et d’animation culturelle de Rabat, où il obtient son diplôme après  avoir réalisé, en guise de projet de fin d’étude, la pièce de théâtre “La fin  du jeu”, qu’il présentera en tournée dans les différentes antennes régionales  de l’Institut français au Maroc.
Fort de cette expérience, Wahid Chakib décidera de poursuivre sa formation  en France, plus précisément à l’Université Bordeaux III où il décroche son  diplôme d’études approfondies, puis son doctorat sur le thème “Le théâtre de  jeunesse”. Après un passage au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine (TNBA), Wahid  Chakib est actuellement chargé de la coordination artistique et de  l’enseignement du théâtre dans une trentaine d’établissements scolaires dans le  cadre de l’Association du lien interculturel familial et social (ALIFS).
Pourtant le chemin n’a pas été sans embûches pour ce féru du théâtre, qui a  perdu sa mère alors qu’il n’était qu’un enfant et qui a dû se remettre de  l’abandon de son père. Son principal allié a été sa détermination et son amour  pour les arts, mais aussi un talent qui a été encouragé par le grand dramaturge  marocain Taieb Seddiki en personne.
Dans sa ville d’adoption, l’enfant de Kénitra a réalisé des pièces de  théâtre adaptées des plus grands noms comme “Ivanov” d’Anton Tchekhov, “L’homme  qui…” de Peter Brook, “Yerma” de Federico Gracia Lorca, “La poudre  d’intelligence” de Kateb Yacine et “Une maison de poupées” de Henrik Ibsen.
En plus d’enseigner le théâtre aux élèves des écoles de Bordeaux, dont des  enfants de la communauté marocaine installée en France, Wahid Chakib donne des cours dans les universités de cette ville et trouve aussi le temps d’animer des ateliers de théâtre au Maroc, notamment dans le cadre de l’espace enfant du Salon international du livre de Casablanca et dans certaines universités.
 

Samedi 23 Janvier 2016

Lu 374 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs