Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vu d’ici : Joker fatal




Vu d’ici : Joker fatal
La motion de censure est à l’image de la fameuse épée de Damoclès, un bien bel accessoire pour le pouvoir législatif sur le gouvernement dès lors qu’il dispose d’une majorité. Il peut aller jusqu’à le contraindre à rendre son tablier. L’arme fatale, à défaut, est aussi un moyen d’exprimer sa pleine désapprobation à l’encontre d’une tenue de route gouvernementale qui ne tient justement pas la route.
En France, en février dernier, le préposé au service de l’Etat, Manuel Valls, qui avait eu recours à l'article 49.3 pour faire adopter sa loi Macron censée à l'origine, pourtant, donner un semblant de pouvoir d'achat, voire doper l'économie et même résorber le chômage, s’est fortement heurtée à l’outil principal du contrôle exercé sur l’Exécutif par la Chambre. Cela resta cependant sans grandes conséquences heureusement pour la gauche française que d’aucuns attendent au premier autre tournant.
Mars, en Afrique du Sud, la seconde motion de censure déposée au Parlement, en l’espace d’un mois contre le président sud-africain Jacob Zuma, fut bloquée par les députés majoritaires du parti au pouvoir, l’ANC.  L’opposition, frustrée, dans la foulée, annonçait qu’elle poursuivrait Zuma en justice au sujet des quelque 19 millions d’euros dépensés par l’Etat pour rénover la résidence privée d’un président de plus en plus décrié. 
Au Pérou, lundi, la logique a voulu que la censure déposé contre le gouvernement entraîne la démission de ce dernier. En plein dans le mille ! La première visée n’est autre que la Première ministre Ana Jara qui a entraîné dans sa chute tout son cabinet. La cause : un scandale baptisé «Dinileaks». Une affaire d’écoutes illégales réalisées par les services secrets depuis 2005 à l’encontre de Péruviens députés, journalistes, hommes d’affaires ou tout simplement de citoyens ordinaires.
Contrainte à la démission, Ana Jara met le président Ollanta Humala dans un bien bel embarras et l’obligation de former le septième gouvernement, depuis qu’il est au pouvoir voilà de cela quatre ans. Ce n’est pas tout, il pourrait même être contraint à dissoudre le Parlement et convoquer des législatives. 
Brrr… Motion quand tu nous tiens ! 

Mohamed Jaouad Kanabi
Vendredi 3 Avril 2015

Lu 491 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs