Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vu d’ici : Groggy France




Vu d’ici : Groggy France
La France s’est réveillée groggy lundi en constatant, dimanche, l'ampleur des dégâts des manifestations pro-palestiniennes interdites du week-end et qui ont vite fait de dégénérer en émeutes urbaines. Et même si le gouvernement français camouffle cela en "violences antisémites", il est le premier à en porter la responsabilité. En effet, en n’ayant pas permis des manifestations, somme toute légitimes, qui encadrées auraient pu éviter les dommages causés par les violents évènements qui ont marqué la capitale à Barbès samedi  et à Sarcelles, chef-lieu de canton du Val-d’Oise dimanche, François Hollande, son Premier ministre et le ministre de l’Intérieur, se sont maladroitement inscrits en faux contre une réalité établie.
De plus, de par un discours détourné et à des fins que nul n’ignore, Hollande & Co  conduisent le peuple français à une interprétation biaisée d’une réalité vécue, faute de n’avoir pas évalué les dangers d’une situation donnée, à sa juste valeur de par une légèreté politique de débutant. En prenant aveuglément cause et parti dès le départ du conflit de Gaza pour une communauté aux dépens d’une autre en l’opprimant encore plus qu’elle ne l’est déjà, le pays des droits de l’Homme a eu tout faux. Il a eu tout faux quand son président a frappé du poing de son: «On n’importe pas en France des conflits ne la concernant pas» allant jusqu’à les qualifier après-coup pour appeler à un apaisement, de querelles. Non ! Monsieur le président du pays des droits de l’Homme, les crimes de guerre ne sont pas des querelles et ce que vous êtes en train de défendre corps et âme sans conscience s’apparente tout à fait à un génocide. 
Et puisqu’on est dans l’import-export, que dire de cette jeunesse française partie combattre dans un si proche et lointain Orient. Il semblerait qu’elles sont, quelque part des frustrations que des responsables français pourtant bel et bien élus par ce pan de population qu’aujourd’hui, ils combattent, peinent à saisir. 
C’est à se laisser tenter aux futures présidentielles par un «Vivement le Front national», lui au moins, il met tout le monde dans le même panier.
 

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 22 Juillet 2014

Lu 493 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs