Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Voix off : 2009 : déjà des chiffres prometteurs




Le cinéma marocain entame une nouvelle année prometteuse de sa jeune histoire notamment en termes de box office. Pendant longtemps, parler de ce cinéma en langage de chiffres et de statistiqueS était un luxe inespéré. Voilà qu'aujourd'hui, ce cinéma bouscule les schémas établis et se permet même de jouer parmi les grands qui ont l'habitude d'occuper les premières places du tableau. On sait qu'en 2008 par exemple, le cinéma marocain s'est hissé pour la première fois de son histoire à la deuxième place du box office par nationalité loin devant l'Inde et l'Egypte et derrière les USA. Déjà au niveau du classement du box office par film, cela fait maintenant plusieurs années que deux, trois voire quatre films marocains parviennent à arriver en tête.
Pour 2009, les premiers chiffres avancés par le Centre cinématographique marocain, annoncent une année exceptionnelle. Rien que pour ce premier trimestre, les chiffres réalisés par les films marocains, sortis jusqu'à la mi-mars, dépassent de loin ceux réalisés par l'ensemble des films sortis en 2008 ; comme ils ont dépassé les chiffres de 2007. Si la moyenne de fréquentation des salles programmant des films marocains pour ces dernières années tournait autour de 300.000 entrées, les chiffres dont nous disposons pour 2009 avoisinent le demi-million. Près de 500.000 spectateurs se sont déplacés en ce début d'année pour voir des films marocains. C'est un nouveau record qui va tirer vers le haut l'ensemble de la fréquentation des salles de cinéma qui se situe aujourd'hui autour des 4 millions d'entrées. Bien sûr, derrière cette avancée extraordinaire, il y a le phénomène “Casanegra” qui a drainé à lui tout seul près de 250.000 entrées. Il est suivi par “Amours voilés” avec 150.000 spectateurs sachant que ce film est encore à l'affiche alors que le film de Lakhmari opère une pause en attendant de revenir sur des salles non encore touchées. Autre film à succès alors qu'il est encore à ses débuts est “Ex-chemkar” avec près de 60.000 entrées en trois semaines même s'il n'est pas sorti sur les écrans des multiplexes. “Two lakes of tears” se comporte également honorablement alors qu'il se situe sur un autre registre, celui du cinéma d'auteur à dimension cinéphilique.
Il faut rappeler, à ce propos, que le parc des salles est aujourd'hui le principal obstacle au succès public des films marocains. Avec une autre carte de salles, un film comme “Casanegra” atteindrait facilement le million d'entrées. Des villes entières ne sont plus touchées et des quartiers gigantesques des grandes villes n'ont plus de salles de cinéma.
Ce regain d'intérêt populaire pour le cinéma, dans un contexte difficile (crise économique, matraquage idéologique des conservateurs…), est un bon signe pour l'avenir. Il est susceptible d'enclencher une autre dynamique qui toucherait cette fois le secteur de l'exploitation.

Mohammed Bakrim
Vendredi 27 Mars 2009

Lu 357 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs