Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vive tension en Turquie

Les Kurdes aidés par les frappes de la coalition




Vive tension en Turquie
La tension restait très vive mercredi dans le sud-est de la Turquie au lendemain d'une série de violentes manifestations kurdes contre le refus du gouvernement d'intervenir en Syrie qui ont viré à l'émeute et fait au moins quatorze morts.
 Pour la première fois depuis plus de vingt ans, les autorités d'Ankara ont été contraintes d'imposer un couvre-feu strict dans six provinces du pays peuplées en majorité de Kurdes pour tenter d'y ramener le calme.
 A Diyarbakir, la "capitale" kurde de Turquie, des militaires et des blindés patrouillaient dans les rues de cette ville de plus d'un million d'habitants, désertes après une nuit de violences et de pillages, selon un correspondant de l'AFP.
Dans cette seule ville, huit personnes ont été tuées et plus d'une vingtaine blessées mardi, dont au moins deux policiers, selon le décompte des médias turcs. 
 Dès le début de l'après-midi, les premiers affrontements y ont opposé des manifestants kurdes aux forces de l'ordre. Dans certains quartiers, des militants proches du mouvement rebelle du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont utilisé des armes à feu contre la police, qui a riposté avec les mêmes moyens.
 Des heurts tout aussi violents ont également été signalés entre des militants kurdes et des partisans de partis islamistes comme le mouvement Huda-Par, accusés d'être favorables aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui font le siège de la ville syrienne kurde de Kobané, à proximité de la frontière turque. 
 Le couvre-feu, qui n'avait pas été imposé en Turquie depuis 1992 lorsque la rébellion armée du PKK battait son plein, devait rester en vigueur jusqu'à 03H00 GMT jeudi matin.
La pression s'accentue sur les grandes puissances pour empêcher la chute de la ville syrienne kurde de Kobané, où les jihadistes du groupe Etat islamique se sont retirés mercredi de certains quartiers après des frappes de la coalition.
La situation dans la 3e cité kurde de Syrie, "terrifiante" selon Washington, a embrasé certaines villes de Turquie, où au moins 14 personnes sont mortes dans des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants kurdes dénonçant l'inaction d'Ankara contre les jihadistes.
 L'envoyé spécial des Nations unies en Syrie, Staffan de Mistura, a appelé à "agir immédiatement" pour sauver la ville des jihadistes. "La communauté internationale a le devoir de la défendre. La communauté internationale ne peut pas tolérer qu'une nouvelle ville tombe aux mains de l'EI" a-t-il lancé depuis Genève.
 Les jihadistes sont entrés lundi soir, après près de trois semaines de siège, dans cette ville frontalière de la Turquie, où ils combattent rue par rue les YPG (Unités de protection du peuple kurde), moins nombreuses et moins bien armées mais aidées par les frappes aériennes de la coalition américano-arabe.
 "La situation a changé depuis hier (mardi). Les YPG ont repoussé les forces de l'EI", a affirmé à l'AFP Idriss Nahsen, un responsable local, ajoutant que les frappes avaient été "utiles".
 Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a confirmé le retrait des jihadistes de plusieurs zones de l'est de la ville après des frappes aériennes contre leurs bases arrières qui "ont causé des victimes dans leurs rangs et endommagé au moins quatre de leurs véhicules".
 Le président Barack Obama devait rencontrer mercredi les commandants en chefs des forces armées et faire le point sur les frappes aériennes menées par l'armée américaine et les alliés en Irak et en Syrie. 

AFP
Jeudi 9 Octobre 2014

Lu 379 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs