Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Visite Royale au Sénégal, en Côte d'Ivoire et au Gabon


Une tournée qui vise le raffermissement des relations maroco-africaines



Visite Royale au Sénégal,  en Côte d'Ivoire et au Gabon
Les visites officielles qu'effectuera S.M le Roi Mohammed VI au Sénégal, en Côte d'Ivoire et au Gabon, à partir de vendredi, s'inscrivent dans le cadre du raffermissement des relations historiques entre le Maroc et son espace africain, où le Royaume s'était investi de façon remarquable durant la lutte pour les indépendances et continue aujourd'hui son implication pour promouvoir la paix, la stabilité et le développement du continent.
C'est dans cette perspective que les multiples visites africaines effectuées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, depuis son intronisation, ont donné une forte impulsion à la coopération Sud-Sud, érigée en choix stratégique par le Royaume.
Ces visites Royales ont été couronnées par la conclusion d'une série d'accords de coopération dans les domaines du développement économique, technique, social, culturel et humain, tels que la lutte contre la pauvreté et les maladies, l'agriculture et l'agro-alimentaire, les pêches, l'éducation et la formation, la gestion de l'eau et l'irrigation, les infrastructures de base et l'aménagement urbain, les technologies de l'information, et la gestion financière et les banques.
A cet effet, le gouvernement marocain associe, de plus en plus, le secteur privé en vue de renforcer les échanges commerciaux et d'augmenter les flux d'investissement du Maroc avec l'espace africain.
Le dispositif de coopération bilatérale s'est ainsi considérablement renforcé par ce mécanisme novateur qui consiste à faire bénéficier les pays africains du savoir-faire marocain dans des secteurs de haute technicité. Par des financements bilatéraux ou multilatéraux, ce mécanisme permet le transfert de technologie vers les pays africains qui en ont besoin dans le cadre de leurs projets de développement.
C'est dans ce cadre que le Maroc est engagé avec des bailleurs de fonds tels la France, la Belgique, le Japon, l'Union européenne, la FAO et d'autres agences de développement dans l'exécution de grands projets dans des pays africains.
Le Programme spécial pour la sécurité alimentaire de la FAO (PSSA), dans lequel des experts marocains sont impliqués depuis 1998, offre une expertise confirmée dans le domaine de la gestion de l'eau, l'élevage et la pêche artisanale en faveur des pays africains. Le projet exécuté au Niger avec 27 experts marocains en est un exemple des plus réussis. Un projet similaire est en cours au Burkina Faso.
Un autre projet modèle a permis l'envoi de 200 ingénieurs marocains dans 3 pays sahéliens avec un financement du PNUD et de la France. Le Maroc s'engage à travers ce projet à promouvoir une coopération tripartite destinée à appliquer, sur le terrain, les principes d'une gestion intégrée du patrimoine agricole du continent.  Le Maroc participe aussi à la formation de nombreux techniciens africains en coopération avec des pays comme la France. Le cycle CRESA (Centres régionaux d'enseignement spécialisé en agriculture) organisé par l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, est un des exemples de ce type de coopération.
Le Maroc a par ailleurs toujours apporté son soutien aux initiatives des Nations unies pour la restauration de la stabilité en Afrique et a mis, depuis 1960 à nos jours, des contingents militaires à la disposition des opérations de maintien de la paix des Nations unies au Congo, à Shaba, en Somalie, en Angola, en RDC et en Côte d'Ivoire.
De même, le Royaume s'est impliqué dans la résolution de certains conflits régionaux, à l'instar de la médiation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a réussi à rassembler, en 2002, les trois chefs d'Etat du Libéria, de la Sierra Léone et de la Guinée, contribuant ainsi au retour de la confiance entre les trois protagonistes de la région du fleuve Mano.
En tant que membre du Groupe de contact international pour le Liberia, le Maroc a contribué également à la cessation des hostilités entre les belligérants et à l'atténuation des souffrances du peuple libérien.
Sur ce même volet, le Maroc a envoyé, en décembre 2006, un contingent des Forces Armés Royales, composé de spécialistes et d'experts, pour participer à une opération de déminage dans la région de Casamance au Sénégal.
En tant que membre observateur au sein de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Royaume s'est fortement engagé pour la résolution de la crise au Mali et la préservation de son intégrité territoriale.
La tournée africaine de S.M le Roi s'inscrit ainsi dans la consolidation de l'engagement dynamique du Maroc au sein de son espace africain, un engagement qui repose sur une histoire commune et des aspirations partagées pour une Afrique qui fédère ses efforts pour rattraper les retards, s'affranchir de ses maux et s'assurer un avenir meilleur par le développement et le progrès.

MAP
Vendredi 15 Mars 2013

Lu 1429 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs