Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Violents accrochages entre forces rivales à Sanaa : la Garde républicaine et les soldats d’un général dissident s’étripent




De violents accrochages, ponctués d’explosions, opposaient jeudi dans le nord de Sanaa la Garde républicaine, corps d’élite de l’armée yéménite, et les soldats d’un général dissident rallié à la contestation du régime, ont indiqué des témoins.
Les combats se déroulaient en milieu de matinée dans la rue Amrane, où sont déployées des forces de la Garde républicaine, dirigée par le fils aîné du Président Ali Abdallah Saleh, Ahmed, et la rue Thalathine qui mène au siège de la première division blindée du général dissident Ali Mohsen al-Ahmar, a-t-on ajouté.
De fortes explosions secouaient des positions de la première division blindée, dont les troupes assurent la protection de la place du Changement, épicentre de la contestation, qui réclame le départ de M. Saleh, ont indiqué des habitants des quartiers avoisinants.
Plus tôt dans la matinée, des affrontements avaient éclaté à l’arme automatique à Al-Hassaba, un quartier du nord de Sanaa, entre les forces loyales au président Saleh, déployées autour du ministère de l’Intérieur, et des combattants armés de l’influent chef tribal, cheikh Sadok al-Ahmar, selon des sources tribales.
Al-Hassaba a été en mai/juin le théâtre de sanglants combats.
En outre, un obus est tombé jeudi matin dans l’enceinte d’un institut relevant du Congrès populaire général (CPG), le parti au pouvoir, dans le centre de Sanaa, faisant deux blessés, selon des sources de sécurité.
A Taëz, au sud-ouest de Sanaa, une personne a été tuée et cinq autres blessées mercredi soir par des tirs depuis une position des forces fidèles au Président Saleh contre des quartiers de la ville, l’un des foyers de la contestation du régime, ont indiqué des témoins et des sources médicales.
Les forces de sécurité ont procédé à plusieurs arrestations à Taëz, selon des habitants et des autorités locales.
Ces développements surviennent au lendemain d’un avertissement lancé par le vice-président yéménite Abd Rabbo Mohsen Hadi contre le risque d’une guerre civile au Yémen, où un mouvement de protestation réclame en vain depuis janvier le départ de M. Saleh, au pouvoir depuis 33 ans et accusé de corruption et de népotisme.
Un embrasement dans le nord de Sanaa constituerait «une menace directe à la situation en général» au Yémen, a-t-il dit lors d’une rencontre avec les ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et des monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG).
Cité par l’agence officielle Saba, M. Hadi, qui a évoqué avec les diplomates le plan de sortie de crise proposé par le CCG, a averti que «si la situation explose, cette initiative et toute solution pacifique s’arrêteront et le Yémen entrera alors dans une période de guerre civile».
Selon l’agence, la rencontre était destinée à marquer «le début d’un processus qui conduira à une entente sur un mécanisme» d’application du plan du CCG en vue d’une transition du pouvoir.

AFP
Vendredi 30 Septembre 2011

Lu 148 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs