Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Violences meurtrières en Egypte


Appel au calme et à la retenue



Violences meurtrières en Egypte
Au moins 30 personnes ont été tuées et plus de 300 blessées samedi lors de violents heurts dans la ville égyptienne de Port-Saïd, après la condamnation à mort de 21 personnes pour leur implication dans des violences ayant suivi un match de football l’an dernier. Ces affrontements interviennent au lendemain du deuxième anniversaire du début du soulèvement ayant conduit au départ de Hosni Moubarak, lui-même marqué par des violences entre manifestants et policiers qui ont fait neuf morts et plus de 530 blessés à travers le pays, selon des sources médicales.
A Port-Saïd (nord-est), les violences ont débuté quelques minutes après la condamnation à la peine capitale de 21 supporteurs du club local d’Al-Masry pour leur implication dans la mort de 74 personnes après un match en février 2012.
Des proches des personnes condamnées ont tenté d’envahir la prison dans laquelle se trouvaient ces dernières, tandis que des assaillants inconnus ont fait usage d’armes automatiques en direction de la police qui a riposté avec du gaz lacrymogène, d’après des témoins.
Deux postes de police ont été pris d’assaut et des tirs nourris se faisaient entendre à travers la ville, où les magasins avaient baissé leurs rideaux, selon un correspondant de l’AFP. Au moins 30 personnes ont été tuées et 312 blessées, selon des sources médicales, qui ont précisé que les décès avaient été provoqués par des balles réelles. Deux policiers figurent parmi les tués, d’après le ministère de l’Intérieur.  La représentante de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, a exprimé samedi sa “grande inquiétude” après ces heurts et a lancé un appel au calme et à la retenue, dans un communiqué publié par son porte-parole.
  Parallèlement, au Caire, des accrochages qui avaient débuté jeudi entre manifestants hostiles au président et policiers, près de la place Tahrir, ont repris de manière sporadique.
Alors que la tension est extrêmement vive dans le pays, l’opposition aux islamistes, regroupée au sein du Front du salut national (FSN), a réclamé une “solution globale” à la crise politique incluant notamment un “gouvernement de salut national”.
Les opposants accusent M. Morsi et les Frères musulmans dont il est issu de trahir la “révolution” qui leur a permis d’accéder au pouvoir grâce à une élection présidentielle pour la première fois démocratique.
M. Morsi a participé samedi à une réunion du Conseil national de défense, qui a appelé au calme et au dialogue national pour sortir de la crise.

AFP
Lundi 28 Janvier 2013

Lu 306 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs