Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Violence contre les femmes : Un projet de loi serait fin prêt




Violence contre les femmes  : Un projet de loi serait fin prêt
Un texte de loi sur la violence contre les femmes est déjà établi. Ils étaient une vingtaine d'experts et membres d'ONG à l'avoir confectionné. Ils se sont retranchés pendant une semaine à Errachidia pour se pencher calmement sur sa structure, ses ramifications et son adéquation. Prochaine étape, le proposer à un ou plusieurs groupes parlementaires afin de le soumettre au débat entre législateurs de la nation. Derrière cette initiative, l'on trouve une ONG américaine, Global Rigths, active au Maroc depuis  un peu plus de 10 ans. Elle s'était lancée déjà du 6 au 23 octobre dernier dans une dynamique associative à travers une caravane féminine un peu partout dans le Royaume. La caravane a sillonné une vingtaine de villes marocaines (El Hoceima, Berkane, Nador, Figuig, Tata, Agadir, Essaouira,…etc), et partant elle a pu mobiliser une grande partie des acteurs civils engagés dans cette cause. L'objectif étant d'élaborer une mouture d'une loi relative à la lutte contre les violences faites aux femmes.
Autour d'une même table, Global Rigths a ainsi réuni des professionnels issus des secteurs de la justice, de la santé et de l'éducation, avec l'assistance technique d'experts marocains et internationaux dans les domaines de la rédaction de textes de loi ayant trait aux violences faites aux femmes, dans un esprit respectant l'approche des droits humains.
Cet atelier vient consolider les travaux des « groupes de travail thématiques » locaux récemment organisés par les ONG dans leurs régions respectives.  Ces groupes de travail  ont organisé 132 réunions dans une quinzaine de villes et villages à travers le pays, et ont été constitués de 318 professionnels et divers représentants des autorités locales concernées. Représentant l'Association Tawaza pour le plaidoyer de la femme à Martil, Mariam Zemouri, qui prend part à cet atelier, a indiqué que « les femmes dans les communautés où nous travaillons sont impatientes d'avoir enfin une loi qui va prévenir les violences, qui va les protéger, et qui va pénaliser les auteurs des violences ».
Après avoir identifié divers obstacles auxquels ces personnes sont confrontées lors de l'accomplissement de leur travail, les travaux des groupes de travail thématiques ont établi une liste de propositions et de suggestions sectorielles spécifiques à l'introduction de réformes légales concrètes qui servent de base à la rédaction du texte de loi. « Nous avons voulu une large participation au niveau géographique et sectoriel des divers professionnels et autorités de différents secteurs pour développer le contenu de cette loi », a expliqué Mme Khadija Oudra de l'Association Amal pour la femme et le développement à El Hajeb.
Reste donc à savoir si les groupes parlementaires marocains réagiront positivement à cette initiative ou au contraire la rejetteront faute d'opportunité politique, sociale, culturelle ou autres. Quoi qu’il en soit, sa teneur est bien soutenue par une large plate-forme associative. 

Rachida Alami
Jeudi 18 Mars 2010

Lu 1259 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs