Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Vies voisines” ou un Maroc secret et libertin




“Vies voisines” ou un Maroc secret et libertin
Dans un beau roman, Mohamed Berrada nous donne une autre vision du pays.
Un tableau d’une sensualité étonnante.

Mohamed Berrada est bien connu en Belgique. Il fut le moteur du volet littéraire du Festival Daba Maroc et vit chez nous, marié à Leila Chahid, l’ambassadrice de Palestine à Bruxelles. Mais il est d’abord un des grands écrivains actuels du Maroc, un des plus admirés au Maroc même. Son dernier livre, «Vies voisines» (Actes Sud), donne une vision de ce pays bien éloignée des clichés. Certes, les histoires croisées qu’il raconte remontent aux années de plomb, celles d’Hassan II, mais rien ne dit que ces temps aient vraiment disparu. En particulier, l’hypocrisie de certaines élites et le poids de l’entourage royal, le puissant Makhzen.
C’était alors un Maroc où les dirigeants étaient souvent corrompus, ne croyant à l’Islam qu’en surface et participant à des fêtes libertines, partouzardes, d’une rare crudité.
Un des trois personnages qui se croisent dans le roman est un ancien conseiller royal, un sage qui, au soir de sa vie, cherche la jouissance prônée par les poètes soufis et les épicuriens. «Le sens de l’existence», dit-il, «est notre passerelle vers la jouissance, le plaisir, la concrétisation de notre désir. Au sein du pouvoir, j’ai compris que les discours récurrents auxquels je participais étaient ce qu’il y avait de plus éloigné de la vie.» Ses ambitions avaient refoulé son désir de vivre et il décide de finir ses jours en créant un «club» d’amoureux du plaisir. La religion ? Un peu sophiste, il répond que c’est la volonté de Dieu qu’il soit ainsi.
Le roman est construit avec une rare subtilité. Trois récits de vie s’enchaînent et s’emboîtent. Le discours distancié d’un «conteur», un narrateur, vient s’y ajouter. Mohamed Berrada explique qu’il veut intégrer dans le roman français les techniques de narration du monde arabe. Le résultat ici est convaincant.
La première histoire est celle de la belle Naïma Aït Lahna, hôtesse de l’air, courtisane, intelligente et sensuelle, qui comprend qu’elle doit gérer son corps sans se laisser prendre à «la vulgarité ou à l’amour fou». Elle côtoie un monde qui baise la main du roi, présente une façade austère, se montre religieux mais qui vit, en réalité, selon des préceptes radicalement différents. A travers elle et les autres portraits du roman, on voit la schizophrénie du pays, pris entre modernité et traditions, libertés et religion.
Pour maintenir son train de vie et éduquer son fils, elle se laisse entraîner dans un trafic de drogue vers l’Espagne et se retrouve en prison.
Le second personnage est issu du petit peuple, c’est «le fils de H’nia» qui, lui aussi, à sa manière, veut sortir de l’obscurité du quotidien. Il est ambitieux et n’hésite pas à devenir l’amant d’un riche Marocain exilé en Allemagne. Pour Naïma et lui, le corps est une richesse monnayable autant qu’une source de plaisirs.
Par des fils habilement tressés par Mohamed Berrada, les destins de Naïma, du fils de H’nia et de Wariti, l’ex-conseiller royal, vont se frotter, devenant des «Vies voisines» et formant un tableau d’une sensualité étonnante. L’excellente traduction française participe au plaisir de la lecture.


«Vies voisines», Mohamed Berrada, traduit de l’arabe (Maroc) par Mathilde Chèvre avec la collaboration
de Mohamed Khounche.
 

Par Guy Duplat
Samedi 4 Mai 2013

Lu 1336 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs