Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vient de paraître : “Quand le Maroc a chanté”




Suite à la publication de l’ouvrage “Quand le Maroc a chanté” écrit par notre confrère et ami Larbi Riad, Mohamed Zahraoui a rendu un hommage à Moulay Taher, Al Asbahani, leader du mythique groupe Jil Jilala.
“Permettez-moi, chers semblables, d'oser d'emblée ceci:
Les poètes guérissent les mots de leur mutité. Les peintres guérissent les couleurs de leur cécité. Quant aux musiciens, ils guérissent les notes de leur surdité.
Jil Jilala, avec à leur tête My Tahar, guérirent subitement nos oreilles du cérumen de l'oubli. Le cérumineux oubli de notre identité musicale on ne peut plus plurielle. Nous pataugions, les oreilles hagardes, dans le chant, certes beau, et du Moyen-Orient et de l'Occident. Soudain certaines voix, dont celle solitairement grave de My Tahar, nous déridèrent magiquement l'ouïe.
Croyez-moi, chers différents! Quand je m'accumule fragmentairement dans l'absence glaciale de ma voix, j'écoute sa voix. Alors je vois que sa voix est une voix. Une voix aussi grave que l'ocre sourire des murailles de Marrakech  et aussi clémente que la noble sévérité des ruelles de Casablanca.
J'ai, à pied, sillonné presque tout Casablanca. Mes semelles trouées amadouaient l'asphalte, enchantées qu'elles étaient par la voix de My Tahar.
Et nous devînmes, My Tahar.  et moi, amis grâce à la dure amabilité d'une autre voix, celle de Mohamed Amran, ici présent. Vous me concéderez, sans doute, que la lumière solaire est la pire des obscurités pour qui n'a pas d'amis.
Mon ami M.T, tu auras beau disparaître, soit horizontalement, autrement dit loin de mon regard auditif, soit verticalement, une fois livré à l'infini sommeil sous la terre et le temps, ta voix demeurera sertie dans une seule richesse, mon cœur.
My T. Si j'avais le pouvoir, je te libérerais de l'oubli par une statue.
My T. ta mère t'a offert le Maroc. Oui, mais, toi, tu nous en a fait humblement cadeau grâce à ta voix.
Mon ami, mes métaphores titubent devant ta voix.
Ma voix s'arrête là. Pour que la tienne tienne toujours haut dans ta voie “.

Mohamed Zahraoui
Jeudi 9 Février 2012

Lu 422 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs