Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vienne veut donner l'exemple à l'Allemagne et restreint l’accès aux demandeurs d'asile

Jean-Claude Juncker juge que l'Histoire donnera raison à Angela Merkel




Vienne veut donner l'exemple à l'Allemagne et restreint l’accès aux demandeurs d'asile
L'Autriche a adopté une position "réaliste" en décidant de restreindre l'accès de son territoire aux demandeurs d'asile et est convaincue d'avoir pris des mesures bientôt suivies par l'Allemagne, a déclaré le chancelier Werner Faymann dans une interview au quotidien Kurier mercredi.
"Un gouvernement doit prendre des décisions en regardant la réalité des choses (...) C'est ce que nous avons fait et je crois que nous avons pris des mesures que l'Allemagne prendra aussi", a estimé le chancelier social-démocrate, qui dirige une coalition avec les conservateurs.
Vienne a annoncé mardi son intention d'étendre le contrôle et les dispositifs de sécurité à ses frontières en douze points stratégiques de passage avec la Slovénie, l'Italie et la Hongrie pour mettre "un frein" aux entrées des demandeurs d'asile dans le pays.
Cette décision intervient après l'annonce en janvier d'un plafond annuel de demandeurs d'asile divisant par plus de deux le nombre de migrants acceptés dans le pays par rapport à 2015 et un projet de loi limitant dans le temps le droit d'asile.
Le chancelier autrichien estime ainsi que son pays se situe entre deux camps: "avec l'Allemagne et la Suède" s'agissant du projet de répartition des réfugiés en Europe, mais "aussi avec les pays du groupe de Visegrad" -Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie- s'agissant de la sécurisation des frontières de l'Union européenne.
Werner Faymann et la chancelière allemande Angela Merkel réuniront ce jeudi à Bruxelles un groupe de onze pays, dits "volontaires" pour évoquer, avant un sommet européen qui s'ouvrira dans l'après-midi, le projet allemand de répartir davantage de réfugiés en Europe, directement depuis la Turquie.
Mais si ces efforts coordonnés, ainsi que la lutte contre les réseaux de passeurs en Turquie, échouent, "nous devons nous préparer" en envisageant des fermetures de frontières, a ajouté le chancelier autrichien dans Kurier.
Il verrait comme un progrès significatif, lors du sommet européen, un "accord entre Grèce et Turquie" permettant le renvoi automatique en Turquie des migrants non éligibles à l'asile.
Principal pays de transit pour les migrants en Europe centrale, l'Autriche a également recueilli 90.000 demandes d'asile en 2015, soit l'un des plus forts taux d'Europe rapporté à sa population.
Par ailleurs, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré au quotidien allemand Bild que l'Europe faisait des progrès dans la gestion de la crise des migrants et a salué les efforts déployés à ce titre par la chancelière allemande, Angela Merkel.
Dans cet entretien, Jean-Claude Juncker a jugé que l'Histoire donnera raison à Angela Merkel et à la souplesse dont elle fait preuve en matière de droit d'asile.
La gestion de la crise des migrants par Angela Merkel est de plus en plus contestée en Allemagne où l'opinion publique se montre plus hostile aux réfugiés.

Jeudi 18 Février 2016

Lu 793 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs