Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Victoire surprise de Klaus Iohannis à la présidentielle roumaine


Le premier ministre n’entend pas
démissionner



Victoire surprise de Klaus Iohannis à la présidentielle roumaine
Le chrétien libéral Klaus Iohannis a, contre toute attente, remporté l'élection présidentielle roumaine dimanche, infligeant une rude défaite au Premier ministre Victor Ponta, un résultat qui a conduit des milliers de manifestants à descendre dans les rues pour protester contre le gouvernement.
Issu de la minorité allemande, Klaus Iohannis, dont la candidature était soutenue par deux partis de centre-droit, a comblé un retard de dix points pour sortir vainqueur du second tour du scrutin, vraisemblablement aidé par des Roumains à l'étranger exaspérés par les difficultés rencontrées pour prendre part au vote.
Nombre d'experts avaient dit qu'une victoire de Victor Ponta aurait aidé la Roumanie à devenir un pays plus stable, avec tous les leviers du pouvoir détenus par un même camp.
En tant que Premier ministre, Victor Ponta s'est fréquemment retrouvé en conflit avec son grand rival, le président sortant Traian Basescu, et cette difficile cohabitation a entravé l'application d'une politique et débouché sur une crise constitutionnelle.
Soutenu par une machine électorale bien rodée, Victor Ponta, membre du parti social-démocrate, a été en tête des sondages d'opinion pendant toute la campagne et avait, avec 40,4% des suffrages, remporté haut la main le premier tour du scrutin, organisé le 2 novembre.
Mais, après les premiers sondages sortis des urnes, le Premier ministre a très vite reconnu sa défaite. Selon des premiers résultats officiels publiés au cours de la soirée, après le dépouillement de plus des trois quarts des bureaux de vote, Klaus Iohannis a gagné 54,8% des voix contre 45,2% pour Victor Ponta.
La participation à l'élection fut la plus élevée depuis 1996.
"Chers Roumains, vous avez été fantastiques aujourd'hui. Nous avons observé une participation massive et je salue la diaspora", a déclaré Klaus Iohannis avant de rejoindre la foule dans le centre-ville de Bucarest.
Malgré sa défaite, Victor Ponta a exclu de démissionner, ajoutant que son alliance sociale-démocrate resterait au pouvoir jusqu'aux prochaines élections législatives, prévues en 2016.



REUTERS
Mardi 18 Novembre 2014

Lu 307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs