Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Viandes foraines : Les syndicats voient rouge




Viandes foraines : Les syndicats voient rouge
Les syndicats les plus représentatifs des  chevillards, des bouchers et des transporteurs de viandes rouges des abattoirs de Casablanca  sont montés au créneau. Ils rejettent en bloc le dernier projet de décret modifiant l’arrêté du 10 safar 1375 (28 septembre 1955) relatif au contrôle de la salubrité des viandes foraines qui ne semble pas faire l’unanimité au sein du secteur. Le communiqué publié dans ce sens en dit long sur leur indignation. En effet, ils sont les premiers à être concernés et pourtant leur avis n’a pas été sollicité. Pire encore, même le moment choisi pour la prise de cette décision prête le flanc à la critique puisqu’il a  coïncidé avec l’Aid El Adha, comme ils le soulignent.
D’après eux, l’arrêt du contrôle vétérinaire  a amené les abattoirs  à entrer en récession, ce qui  a causé une accumulation des dettes des professionnels. Ils rappellent à cet effet que les abattoirs de Casablanca sont les plus importants du  Maroc puisque leur construction a coûté près de 80 milliards de centimes  et qu’ils  ne sont pas parvenus à atteindre la moitié de leur capacité productive à cause de la faible demande qui leur parvient. Par ailleurs, ces abattoirs ont des normes très strictes, ce qui classe la ville au premier rang en termes de saisies des viandes avariées. En outre, le communiqué explique que les abattoirs de la capitale économique sont les seuls qui ne reçoivent les carcasses que 24 heures après l’abattage et ce dans l’objectif de garantir la santé  du consommateur.
Pire encore et toujours d’après ledit communiqué, cette décision entraînera à coup sûr la faillite des professionnels et l’expulsion de leurs familles comme cela a été le cas en 2002 lorsque près de 1000 employés et professionnels ont été installés dans les locaux des nouveaux abattoirs.
D’un autre côté, les professionnels du secteur ont même été surpris par les déclarations du ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime qui assure, à cor et à cri, que les prix des viandes rouges vont connaître une baisse lors de la construction de nouveaux abattoirs et de la libéralisation du secteur.
Les professionnels vont plus loin encore en déclarant que cette décision profite avant tout au lobby qui  sévit en force dans le secteur et contribue sérieusement à la pollution de la ville.  De ce fait, ils se disent prêts à  lutter avec acharnement pour préserver leur gagne-pain. Les syndicats concernés comptent tenir une assemblée générale extraordinaire réunissant tous les professionnels du secteur, et ce au début du mois prochain pour prendre les dispositions idoines.

Nezha Mounir
Mardi 27 Novembre 2012

Lu 647 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs