Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vers une révision radicale de la loi relative au statut d'artiste




Un gotha de chercheurs et de professionnels se sont réunis, mercredi dernier à Fès, dans le cadre d'une table ronde pour débattre des dispositions et du contenu du nouveau projet de loi relatif au statut d'artiste. 
Lors de cette rencontre initiée sous le thème "La loi relative au statut d'artiste : vers une révision radicale" dans le cadre de la 10ème édition du Festival international du théâtre professionnel de Fès, les participants ont mis l'accent sur les perspectives prometteuses qu'offre ce projet à travers la réhabilitation de l'artiste marocain et le développement des diverses expressions artistiques.
 S'exprimant à cette occasion, le représentant du ministère de la Culture, Abdelhakim Karman, a souligné les changements qu'a connus le Maroc dans le domaine culturel, notant que le nouveau projet de loi relatif au statut d'artiste est en cours d'élaboration avec l'implication de tous les intervenants dont le ministère, les structures syndicales et les artistes. 

Mettant en valeur les dispositions de la nouvelle Constitution relatives au domaine culturel, Abdelhakim Karman a fait savoir que ce nouveau projet satisfait la majorité des attentes et des aspirations des artistes. Le nouveau projet de loi relatif au statut d'artiste , a-t-il poursuivi, porte sur l'organisation du champ artistique, l'institutionnalisation des relations et la rationalisation des pratiques artistiques, outre des propositions pour le développement des métiers artistiques et l'amélioration de la situation matérielle de l'artiste. 
De son côté, le président du Syndicat marocain des professionnels du théâtre, Massoud Bouhsine, a souligné que l'œuvre artistique nécessite une loi spéciale du fait que la pratique dans le champ artistique est totalement différente de celle dans les autres secteurs.
Evoquant les spécificités qui caractérisent l'action artistique dans diverses expressions culturelles, Massoud Bouhsine a insisté sur la nécessité de la révision de nombreuses dispositions de l'ancien projet adopté en 2003. Il a aussi fait savoir que cette "problématique" ne concerne pas uniquement le Maroc mais d'autres pays du monde dont certains ont pu adapter les dispositions juridiques adoptées aux spécificités du secteur artistique.

Libé
Samedi 25 Juillet 2015

Lu 2501 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs