Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vers un nouveau modèle de développement pour l’Afrique




Vers un nouveau modèle de développement pour l’Afrique
A la quête d’une coopération Sud-Sud gagnant-gagnant. Telle était en substance la thématique du troisième sommet multilatéral Amérique du Sud/Afrique (ASA) de Malabo en Guinée Équatoriale, qui a réuni une vingtaine de chefs d’État de deux continents les 21 et 22 février 2013, c’est-à-dire au lendemain du sommet du G-20 qui venait de clôturer ses travaux à Moscou. Signe des temps ou simple coïncidence, au moment où l’heure est à la recherche des stratégies pour relancer une croissance anémiée en Europe (0% voire même -0,3% dans la zone euro), les perspectives de croissance à long terme – selon les estimations du FMI –, dans les deux continents du Sud seraient reluisantes. Par quelle voie l’Afrique peut-elle tirer le meilleur de l’espace ASA ?
Depuis 2003 – à l’exception de 2009 – certains Etats d’Amérique Latine enregistrent des taux de croissance accélérés, spécialement l’Argentine, le Brésil et le Chili grâce notamment au boom des matières premières exportables mais aussi à une politique de distribution des revenus moins inégale. Une croissance de la productivité du travail plus soutenue, combinée à une hausse des salaires et des rémunérations réelles, accompagnée d’une diminution relative du poids des emplois informels stimulent la consommation et l’investissement intérieurs, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités d’investissement lucratifs aux entrepreneurs schumpetériens. Stimulés notamment par un environnement institutionnel tonifiant, ces derniers peuvent investir et innover dans des produits à haute intensité de main-d’œuvre qualifiée.
Des politiques macroéconomiques qui misent sur le rôle moteur du marché intérieur mais aussi sur la dynamique du marché extérieur ont été adroitement menées : budgets équilibrés à long terme, maintient d’un taux de change réel compétitif – qui neutralise la surévaluation du change afin de protéger la vigueur de l’industrie locale – et un écart différentiel transparent entre le taux de profit escompté et le taux d’intérêt. Les résultats sont concluants : recul de la pauvreté de 75 % en Argentine, 22 % des Brésiliens vivent en dessous du seuil de pauvreté contre 35 % il y a huit ans alors qu’au Chili, ces chiffres passent de 40% en 2000 à 22% en 2010.
Bien que la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepalc) qui fournit ces données soutienne du même souffle que la croissance se répercuterait de façon disproportionnée sur les individus, creusant les inégalités entre riches et pauvres, il n’en demeure pas moins que des programmes de développement social initiés au Brésil (Bolsa Familia), et dans d’autres pays latinos reflètent plutôt un mode de partage inclusif des revenus, notamment de ceux provenant de la rente pétrolière. Les excédents de la balance commerciale et les rentrées fiscales liées principalement à l’exportation de matières premières dont le cours a été boosté ces dernières années par une forte demande en provenance de la Chine et de l’Inde, mais aussi, quoique dans une moindre mesure, à l’exportation des produits manufacturés sont plutôt dirigés vers l’investissement dans le capital humain et des projets productifs à forte valeur ajoutée. On est bien loin des « éléphants blancs » ou des projets de prestige (« modernité ») africains qui engloutissaient 30 à 40% de l’investissement public et qui étaient loin de répondre aux besoins réels de la population.
L’Afrique pourrait s’inspirer de ce modèle en faisant la transition d’une gestion rentière à une gestion économique de valeur ajoutée tout en tirant profit des avantages que présente le nouvel axe de coopération Sud-Sud en pleine expansion. En effet, selon les chiffres fournis par Dilma Rousseff, présidente du Brésil, les échanges commerciaux entre les deux continents ont été multiplié par cinq entre 2002 et 2011, atteignant 39,4 milliards de dollars en 2011, en moins de dix ans si on considère que ce montant tournait autour de 7 milliards en 2002. Un bond certes d’environ 463% qui devrait non seulement démarginaliser l’Afrique dans le flux du commerce international mais aussi marquer l’Histoire : l’approche bilatérale liant les deux rives Sud de l’Atlantique paraît être une force qui aura arraché l’Afrique de sa dépendance commerciale envers ses anciennes métropoles, les exportations vers la zone Euro ne représentant plus que 20 % du commerce africain contre 40% il y a 20 ans.
Le défi pour les deux continents consiste à transformer l’accumulation commerciale en accumulation productive. Ainsi, l’enjeu pour l’ASA c’est d’éclore sur un processus endogène d’intégration productive au service du développement et d’éradication de la pauvreté pour la totalité des pays membres. La mise en chantier des projets sectoriels interconnectés pourrait par exemple mener l’Afrique à développer son industrie locale et l’inciter à transformer sur place ses innombrables et diversifiées matières premières. Ceci est possible d’autant plus que les flux financiers, sous forme d’investissements directs ou d’investissements de portefeuille initiés par des réseaux d’entrepreneurs qui œuvreraient sur des projets convergents déployés dans l’espace régional commun, pourraient s’accompagner d’un transfert de technologie.
Par cette voie, en surmontant leur hétérogénéité structurelle, les pays africains à croissance rapide et à institutions avancées pourraient arriver à internaliser efficacement les effets dynamiques induits des accords de libre échange (économies d’échelle, concurrence, accroissement de rendement des facteurs de production) et à s’insérer graduellement dans les chaines de valeur internationales à l’instar du Brésil et de l’Afrique du Sud.
Selon la base de données STAN de l’OCDE, ces deux pays ont affiché entre 1997 et 2007 des taux de croissance moyen des exportations de haute et de moyenne-haute technologie de 14% et 10% respectivement. Membres de BRICS – qui vient de tenir son 5ème sommet à Durban sous une thématique on ne peut plus expressive : BRICS-Afrique : Partenariat pour le développement, l’intégration et l’industrialisation – ces deux pays peuvent prendre le leadership au sein de l’ASA pour tracer le chemin vers une réelle intégration.
Certes, le chemin est long. Toutefois, l’axe Sud-Sud demeure une véritable source d’inspiration et d’opportunités commerciales pour une certaine Afrique.

*Professeur d’économie au Collège Saint Jérôme au Canada
Articles publiés
en collaboration avec www.libreafrique.org

Par Remy K. Katshingu*
Lundi 15 Avril 2013

Lu 504 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs