Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vers la «cape d’invisibilité»




Des physiciens écossais ont annoncé jeudi avoir conçu un matériau flexible capable d'agir sur la lumière visible par l'œil humain, première étape vers la cape d'invisibilité chère à Harry Potter et aux amateurs de science-fiction.
Rendre un objet invisible suppose qu'il n'absorbe pas la lumière mais au contraire qu'elle "coule" et se diffuse tout autour de lui, comme le fil de l'eau d'un torrent se reforme après avoir rencontré un rocher.
Or la lumière a naturellement tendance à se déplacer tout droit. Et pour que les ondes lumineuses continuent leur route sans perturbation autour de cet objet - qui se retrouverait ainsi caché aux regards, sous tous les angles de vision - il faut recourir à des matériaux qui restent à inventer, les "métamatériaux".
Ces matériaux capables de repousser la lumière existent déjà mais ne fonctionnent qu'à des longueurs d'ondes beaucoup plus grandes que la lumière visible (ondes radar ou infra-rouges). Pour le spectre perçu par l'œil humain, le défi est plus complexe: sa longueur d'onde étant beaucoup plus courte, il ne devient "invisible" qu'avec des métamatériaux à la structure elle aussi beaucoup plus petite.
Des prototypes capables de relever ce défi ont déjà été conçus mais uniquement sur des surfaces planes et dures, impropres à la confection de vêtements par exemple.
Les chercheurs écossais de l'Université de St. Andrews, dirigés par Andrea di Falco, ont quant à eux développé leur nouveau matériau à l'aide d'un polymère disponible dans le commerce et un support de silicium. Résultat: le "Metaflex" est suffisamment souple pour être placé sur une lentille de contact ordinaire, et cette membrane est capable d'interagir avec une lumière d'une longueur d'ondes d'environ 620 nanomètres.
La lumière visible par les humains a une longueur d'ondes comprise entre 400 nanomètres (violet et indigo) et 700 nanomètres (rouge foncé).
620 nanomètres correspondent à la limite entre l'orange et le rouge, ce qui signifie qu'un objet peint uniformément dans cette teinte échapperait complètement au regard.
Si de nouveaux métamatériaux s'avéraient capables d'agir sur la lumière pour d'autres couleurs du spectre visible, on pourrait alors parvenir à cette fameuse "cape d'invisibilité" en superposant les différentes membranes, estiment les chercheurs écossais, qui publient leur trouvaille dans le New Journal of Physics.
"Les métamatériaux constituent le moyen suprême d'agir sur le comportement de la lumière", assure M. Di Falco.

AFP
Mercredi 10 Novembre 2010

Lu 203 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs