Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vers la baisse des prix de l’immobilier

Les promoteurs changent leurs stratégies marketing




Vers la baisse des prix de l’immobilier
Cela fait deux exercices d’affilée que le secteur de l’immobilier a commencé à s’installer petit à petit dans la crise.
Mais est-ce qu’on peut, de ce fait, s’attendre à une baisse des prix dans les mois à venir ? Une question à laquelle il s’avère très difficile de répondre. Plusieurs éléments confirment, néanmoins, cette tendance.
Après s’être mal comporté en 2012, le secteur a, en effet, été affecté, durant les mois passés par la morosité du climat des affaires.
En atteste l’indice des prix des actifs immobiliers élaboré par Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC), qui précise que durant les premiers mois de l’exercice en cours les ventes de biens immobiliers dans le résidentiel et le commercial ont reculé de 8,1% en glissement annuel et de 6,7 % d’un trimestre à l’autre, avec seulement 26.171 transactions. Et d’ajouter, selon BAM et l’ANCFCC, que le secteur a connu un recul des actifs et une quasi-stagnation des prix au premier trimestre par rapport à la même période de 2012.
A cause des difficultés de liquidation de l’offre, les mises en chantier ont marqué le pas durant la première moitié de l’année en cours. Elles ont ainsi enregistré une baisse de 27,4% par rapport au premier semestre 2012 pour s’établir à 132.255 unités. Un repli  qui bat son plein en ce qui concerne les segments «social et économique» et aussi pour  «le moyen et haut standing» avec respectivement 46% et 45,6%.
Cette contraction s'expliquerait, entre autres, par le renchérissement du coût de revient.  
Cette rétraction s’expliquerait  également par le resserrement des conditions d’octroi de crédit.   
Toutefois, deux segments échappent à cette règle. Il est à signaler que le logement à 140.000 DH, dit à faible valeur immobilière totale (VIT), et les villas affichent un meilleur comportement sur la même période. Ce qui montre que le «social et économique»  et le «moyen standing» qui étaient les locomotives du secteur sont les plus impactés par ses maux.
L’amont du secteur est lui aussi de plus en plus affecté par  le recul des mises en chantier,. Les dernières statistiques du ministère de l’Habitat font écho d'une baisse en volume de 11,7% de la consommation nationale de ciment, matériau clé du BTP et principal baromètre du secteur de l’immobilier, à fin juillet 2013.
Aussi les promoteurs tentent-ils, tant bien que mal, de s’adapter à la nouvelle donne consistant notamment en la chute brutale des prix des biens fonciers et commerciaux, avec des taux respectifs de 14,3% et 15,2 %. 
Ce qui a poussé certains gros opérateurs à opérer, récemment, des baisses des prix.

Mohammed Taleb
Jeudi 15 Août 2013

Lu 1475 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs