Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà




Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
Dans sa toute dernière sortie officielle, Mohamed Boussaid a affiché un optimisme de bon aloi en faisant miroiter une soi-disant analyse qui passe au crible l’économie marocaine. Selon lui, en dépit de la crise économique mondiale, la nôtre a fait montre d’une forte résilience. Pour étayer ses propos, plusieurs points sont passés en revue avec, en toile de fond, le super-modèle économique adopté par le Maroc ainsi que ses stratégies sectorielles super-performantes… De prime abord, l’on est tenté de croire que le décor est planté. Mais la réalité est tout autre.  L’état de notre économie n’est pas au beau fixe.
Des efforts sont, certes, consentis mais beaucoup d’autres sont, toutefois, renvoyés aux calendes grecques. En fait, le ministre n’a eu cesse de clamer, urbi et orbi, à Paris qu’il se félicite des efforts ayant permis de réduire le déficit budgétaire. Pis encore, il a loué le mérite de certaines réformes, citant, entre autres, celles des finances publiques et de la Caisse de compensation. Autant en déduire que tout milite en faveur du Maroc et, par ricochet, des Marocains, puisqu’ils devront en bénéficier, non ? Le ministre a peut-être omis de dire que le gouvernement, qui se targue, à la faveur de conditions exogènes, d’avoir allégé le coût de la compensation,  se doit de revoir sa copie. En effet, si aujourd’hui le pays achète moins cher, il va sans dire que ses citoyens doivent en tirer profit. Il est de bon temps de dire que la Caisse de compensation coûte de moins en moins cher au budget, mais faut-il pour autant en tresser des lauriers et s’arrêter en si bon milieu de chemin ? Bien sûr que non.
D’autant plus  que le pays souffre d’autres « déficits », notamment sociaux. D’ailleurs, les tout récents chiffres de l’emploi nous renseignent sur l’incapacité de l’économie à créer davantage d’opportunités d’embauche pour celles et ceux qui en sont dans l’attente. 
Des verrous doivent sauter et il est urgent de repenser la manière dont plusieurs dossiers sont gérés. 
Oui, l’Exécutif  actuel pourrait bien nous dire que les Marocains paient moins à la pompe. 
Oui, il pourrait bien avancer que cela est de nature à bénéficier au tissu économique. 
Mais, ce n’est pas assez. Déjà, il faut savoir que l’impact positif tant vanté est largement tributaire de la durée de cette accalmie. Ce qui revient à dire que cela ne relève que du conjoncturel. 
«Comment faire d’une conjonction de faits favorables un levier structurel pour mieux avancer ?», telle est la question qui hante les économistes. Sans quoi, le risque est grand d’en régler la facture sur le long terme. A moins que le gouvernement ne soit obnubilé que par son actuel mandat et les échéances électorales qu’il vient de reporter pour septembre ! 

Meyssoune Belmaza
Mardi 10 Février 2015

Lu 464 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs