Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vente chez Christies à Paris : Une peinture de Saad Ben Cheffaj adjugée à 50 000 euros




Vente chez Christies  à Paris : Une peinture de Saad Ben Cheffaj adjugée à 50 000 euros
Une peinture de l’artiste marocain Saad Ben Cheffaj a été vendue à Paris chez Christies, le vendredi 1er juin 2012, au prix de 50 000 euros.
Cette peinture faisait partie d’une vente internationale dédiée à l’art contemporain. Cette performance est d’autant plus remarquable que c’est l’une des très rares fois qu’un artiste marocain est placé dans une vente internationale chez Christies, en dehors de toute thématique ou géographie qui en détermine l’appartenance à une région ou à une culture. Cette vente, qui salue l’universalité de l’art de Ben Cheffaj, ne manquera pas de contribuer au rayonnement de la peinture marocaine à l’étranger.
Né le 16 janvier 1939 à Tétouan, Ben Cheffaj fait partie des premiers Marocains qui ont reçu une formation académique en peinture. Après des études, en 1957, à l’Ecole des Beaux-Arts de Séville, il a suivi des cours d’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre à Paris. Il est ensuite revenu en Espagne pour décrocher, en 1962, le diplôme de professeur à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts « Santa Isabel de Hungria » de Séville. En 1965, Ben Cheffaj est rentré au Maroc pour enseigner l’histoire de l’art, le dessin et la peinture à l’Ecole des Beaux-Arts de Tétouan.
Il existe une vertu énigmatique chez les personnages peints par Ben Cheffaj. Ils communiquent une impression de vie. Ben Cheffaj n’aurait pu réussir à doter de vie ses tableaux sans une familiarité de plus de cinquante ans avec la peinture. Sa première exposition remonte à 1956, et depuis il n’a jamais cessé de peindre des tableaux. Il a connu plusieurs périodes (figuration, expressionnisme, néoréalisme, abstraction), avant d’aboutir à cette peinture terreuse, à l’éclat sombre, qui caractérise ses derniers travaux.  La peinture adjugée chez Christies appartient à cette dernière série qui se caractérise par une conjonction entre réalisme et poésie.
Saad Ben Cheffaj est représenté par la galerie l’Atelier 21. 

Libé
Mercredi 6 Juin 2012

Lu 675 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs