Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Venise célèbre Verdi avec “Otello” au Palais des Doges




Venise célèbre Verdi avec “Otello” au Palais des Doges
Otello, le “Maure de Venise” rentre chez lui. Renouant à l’occasion du Bicentenaire de Giuseppe Verdi avec une tradition perdue depuis 40 ans, la Sérénissime a accueilli mercredi en plein air dans la cour du Palais des Doges la plus vénitienne de ses œuvres.


Ce spectacle riche en symboles était dirigé par le Coréen Myung-Whun Chung, chef de la philharmonie de Radio France, avec l’orchestre et le chœur de La Fenice.

“L’Otello de Verdi est le plus grand hommage qu’il ait rendu à Venise”, explique à l’AFP le directeur artistique de la Fenice, Fortunato Ortombina. Même si l’action de son opéra se déroule à Chypre, l’œuvre située au XVe siècle fait clairement apparaître la domination vénitienne sur l’île à cette époque glorieuse pour la cité.
“C’est aussi un grand hommage à la tradition musicale vénitienne”, souligne-t-il.
 Donné régulièrement dans les années 60, avec le ténor Mario Del Monaco dans le rôle-titre, dans le somptueux décor quattrocento de cette cour, Otello n’y avait plus été joué depuis 1970 faute d’entente entre les différentes autorités concernées. Son retour a été préparé par le surintendant de la Fenice Christiano Chiarot dans la perspective du bicentenaire de Verdi, explique M. Ortombina.
Mercredi, c’est Gregory Kunde qui a interprété le rôle de ce général de l’armée vénitienne dévoré de jalousie, et la soprano Carmela Remigio celui de son épouse Desdémone. La mise en scène, signée Francesco Micheli, créée en novembre 2012 pour l’ouverture de la saison de La Fenice, a été spécialement repensée pour mettre en valeur la vaste cour de ce palais situé Place St-Marc, lieu emblématique de Venise.
Utilisant tout l’espace possible, notamment les balcons et escaliers du bâtiment, elle réquisitionne aussi ses murs au moyen de nombreuses projections figurant des étoiles, des lions de Venise ou même une tempête.

Inspiré d’une pièce de William Shakespeare, Otello est l’un des tout derniers chefs-d’œuvre du maestro italien. Il fut créé triomphalement le 5 février 1887 à la Scala de Milan. Verdi n’avait alors plus composé d’opéras depuis Aïda en 1871 et le doute planait même sur sa volonté de poursuivre sa carrière.
Otello, qui sera encore représenté deux fois, les 14 et 17 juillet, est le point d’orgue de la première édition de ce festival baptisé “L’esprit de la musique de Venise”, et qui court du 20 juin au 24 août.

AFP
Samedi 13 Juillet 2013

Lu 359 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs