Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vaste campagne contre les usurpateurs du domaine public à Mohammedia




Vaste campagne contre les usurpateurs du domaine public à Mohammedia
 
L'année finissante aura été marquée à Mohammedia par une vaste campagne contre les usurpateurs du domaine public qui a suscité une levée de boucliers de la part des parties concernées mais pas pour longtemps devant l'intransigeance des autorités, déterminées plus que jamais à en finir avec l'anarchie.
Les premiers visés par cette opération de réappropriation du domaine public, les vendeurs ambulants et les cafetiers qui dévorent par leurs étals et leurs terrasses improvisées les allées réservées aux piétons. Partout, dans presque tous les quartiers de la ville haute "El Alia" et aussi dans certains endroits dans la ville basse, au quartier Diour L'krem, par exemple, les marchands à la sauvette squattaient des pans entiers de l'espace public.
Une anarchie insoutenable qui a poussé les autorités locales à intervenir énergiquement, non sans résistance de la part des parties concernées. Certains kiosques et devantures de commerces ont été rasés et même un café jugé "illégal" puisqu'il a été construit par son propriétaire au lieu et place d'un terrain qui était destiné à abriter des cabinets d'aisance publics.
Ainsi, les propriétaires de cafés à la fois dans les villes haute et basse, ont été sommés de procéder par eux-mêmes à la démolition des extensions illégales ou encore de retirer les tables mises au-delà de l'espace autorisé. A défaut de quoi, les mesures qui s'imposent seront prises sans délai.
Excédés au début par cette mesure, les cafetiers ont observé des sit-in devant la préfecture et même quelquefois baissé le rideau. Une attitude qui s'est révélée très vite infructueuse devant la détermination des autorités locales à mettre fin à l'anarchie et à l'usurpation de l'espace public. Pour se mettre à niveau et ne pas enfreindre la loi, des cafetiers ont dès le premier avertissement enlevé les extensions illégales alors que d'autres ont cherché à gagner du temps, sollicitant un dialogue avec les autorités. 
Même scénario pour les vendeurs ambulants "Ferrachas" qui squattaient d'immenses espaces, notamment près de la "Joutaya" dans les quartiers El Alia, El Wafaâ, près de la mosquée Mali ou encore à l'intérieur de la Kasba et près du Marché municipal. Une situation d'anarchie devenue intolérable pour les habitants et une occupation illégale de l'espace public qui n'a que trop duré pour les autorités qui se sont pressées de les déloger. En réponse, les marchands ambulants ont en vain multiplié in situ les sit-in de protestation, dans le dessein d'amener les autorités à accepter le fait accompli ou tout le moins, surseoir à cette décision.

MAP
Lundi 23 Décembre 2013

Lu 624 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs