Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Valery Vorobiev : “Le Maroc est le pays le plus agréable, prometteur et favorable pour le développement des relations bilatérales”




Valery Vorobiev : “Le Maroc est le pays le plus agréable, prometteur et favorable pour le développement des relations bilatérales”
L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie au Royaume du Maroc S.E.M. Valery Vorobiev a donné son avis sur le Maroc et la situation actuelle dans la région lors de la conférence des ambassadeurs russes qui a eu lieu en juillet 2014 à Moscou. Voici la traduction de son intervention publiée dans la revue populaire russe de la diplomatie et de la politique extérieure «La vie internationale» (n° 7-2014).
« La région du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord était, est et sera probablement toujours l’objet et le sujet de notre diplomatie. A présent, cette problématique est au cœur de mon travail, ainsi que les relations qui se développent dans la zone saharo-sahélienne. C’est un espace très important et prometteur qui dispose d’énormes ressources minières. C’est pourquoi une base du terrorisme s’y trouve. Il ne s’agit pas d’«Al-Qaïda», comme on dit en arabe, mais justement de la «base» au sens primordial: la base du trafic de drogue, la base de la migration clandestine, etc. Le Maroc joue un rôle très actif dans cette zone. Et ce n’est pas par hasard que Sa Majesté Mohammed VI a effectué en mai dernier la tournée d’une durée approximative d’un mois dans ladite sous-région.
Le Maroc est le pays le plus agréable, prometteur et favorable pour le développement des relations bilatérales. Il est unique en son genre. On peut le définir comme «un îlot de stabilité» au Proche-Orient et en Afrique du Nord.
Grâce à la politique clairvoyante du Roi, qui fait preuve de fermeté et, en même temps, de flexibilité dans la politique intérieure, le Maroc est considéré en tant que pays qui a évité le «Printemps arabe». A mon avis, c’est correct, car le Royaume a connu des réformes, et je peux le déclarer officiellement, qui n’ont pas d’analogue dans les autres pays.
En tant que spécialiste en droit constitutionnel, j’ai appris avec plaisir que dans la Constitution du Maroc de 2011 – unique au monde – il y a une disposition concernant «la société civile». Au Maroc, il existe un poste de ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile. Le Roi l’a chargé de faire du 13 Mars de chaque année une Journée nationale de la société civile.
La question de l’abolition de la peine de mort est soulevée actuellement au Maroc. L’Union européenne a critiqué le Maroc pour l’utilisation des tribunaux militaires pour le traitement des affaires civiles. Aujourd’hui, les Marocains abandonnent cette pratique.
En outre, le Maroc est un Etat stable et développé avec une population d’environ 38 millions d’habitants. Dans le classement des pays africains selon leur PIB, il occupe le 6ème rang. Le Royaume est le deuxième partenaire de la Russie sur le continent en ce qui concerne les échanges commerciaux. C’est confortable, bien que, certes, de grandes réserves résident dans le domaine économique.
Sa Majesté le Roi du Maroc a visité Moscou en 2002, une déclaration de partenariat stratégique a été signée, mais, malheureusement, elle n’a pas été remplie par des affaires pratiques. Les Marocains proposent maintenant de remplir cet accord par un contenu concret, y compris les sphères économique et commerciale, et la sphère du soi-disant business stratégique - le pétrole, le gaz, le domaine militaire. C'est-à-dire les Marocains veulent hisser les relations à un nouveau niveau.
Toutefois, il faut prendre en considération qu'ils ont commencé à être questionnés par les Occidentaux. Les Français aussi bien que les Américains se sont bien préoccupés du rapprochement du Maroc avec la Russie. Les Marocains l’expliquent ainsi : «Nous n'allons pas quelque peu geler ou diminuer nos relations avec l’UE et les Etats-Unis, nous voulons tout simplement aller avec Moscou dans la même direction de la coopération, et idéalement avoir avec la Russie les mêmes relations, qu’avec l’UE et les Etats-Unis, parce que nous considérons la Russie comme un partenaire stratégique».
Ainsi, il est à noter que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Maroc est arrivé à Moscou au fort de la conférence (des ambassadeurs). Il a eu des entretiens avec Sergueï Lavrov.
Aucun problème entre nos Etats n’a été enregistré. Comme on le sait, notre amitié compte des siècles. Nous savons tous que les premiers contacts ont eu lieu tôt  sous les règnes de Mohammed III et Catherine II.
Au Maroc il existe une opposition au gouvernement, mais pas au Roi. Même les musulmans modérés, qui président maintenant le gouvernement, disent que l'institution monarchique au Maroc est pour toujours. Et il est très important que le Roi ne cède pas à certaines provocations du côté de diverses forces politiques.
La monarchie, il me semble, est un mode de gouvernement très perspectif dans les conditions de la situation spécifique dans la région. Et en général, le club des monarchies arabes (six monarchies du Golfe et les monarchies en Jordanie et au Maroc) constituent maintenant la base de la stabilité au Proche-Orient.
A ce propos, nous avons la position très similaire sur les valeurs soi-disant «traditionnelles» de l'humanité. Naturellement, ils se prononcent contre ces nouvelles tendances: «deux pères ou deux mères», etc. Dans le cas présent, les monarchies sont nos alliées. Ils comprennent que cette voie mène au déclin de la civilisation.
C'est pourquoi nous trouvons avec nos collègues marocains les points de convergence, et je crois que nos relations vont se développer. Le premier Forum maroco-russe s’est tenu récemment, en juin dernier. Cinq ministres et 120 hommes d’affaires marocains importants sont venus à Moscou. En marge de ce forum, deux banques marocaines ont signé des accords avec «Sberbank», «Alfa-Bank» et «VTB». Ce n'est jamais arrivé. 
Le forum a été également marqué par la décision d’une des banques marocaines d’accorder un prêt de 300 millions de dollars à la Fédération interprofessionnelle des activités céréalières du Maroc pour l’achat de céréales en Russie. Franchement, nous avons également travaillé avec nos partenaires marocains compte tenu d’une baisse de la récolte de blé cette année. 
Il nous a fallu les aiguiller un peu, parce que c’est l'Ukraine qui était le premier fournisseur de blé au Maroc ces derniers temps.
En conclusion, je veux dire qu’au Maroc on aime beaucoup la Russie. Nous n’avons jamais eu de problèmes entre nos pays. Au Maroc, tout le monde aime la civilisation russe, ce que nous appelons maintenant le Monde russe ; ils aiment la littérature russe. Ils traitent notre art avec un profond respect.
Le Roi a de la grande déférence pour notre Président, qu’il exprime souvent. Sa Majesté a adressé récemment ses félicitations chaleureuses à l'occasion de la Journée de la Russie.
Je dois dire que notre Président apprécie beaucoup à son tour l'activité du Roi du Maroc. L'année dernière, le Monarque a fêté son cinquantième anniversaire. Le Président de la Russie a adressé à Sa Majesté un télégramme de félicitations, dans lequel il a souligné que le Roi, personnellement, fait beaucoup pour le renforcement des relations maroco-russes ». 

Maroc-Russie en chiffres
 
En 2013, la balance commerciale penchait en faveur de la Russie qui a exporté pour une valeur de 16 milliards de dirhams (1,9 milliards de dollars) de produits, contre seulement  2,3 milliards de dirhams (270 millions de dollars) pour le Maroc.
Le Maroc s’est érigé en 2013 au niveau de premier partenaire commercial de la Fédération de Russie sur le continent africain. Selon les chiffres de l’Office des changes marocains, les échanges commerciaux entre les deux  pays se sont élevés à près de 2,5 milliards de dollars en 2013, contre de 1,5 milliard de dollars en 2010.
Même avec cette balance déséquilibrée, le Royaume du Maroc demeure, au niveau maghrébin, le premier partenaire commercial de la Russie. En 2013, ce pays a exporté vers l’Algérie pour 1 milliard de dollars de produits et en a importé pour près de 10 millions de dollars, essentiellement des produits agricoles. Avec la Tunisie, les échanges commerciaux ont atteint les 680 millions de dollars en 2013.
Les agrumes, principal produit 
marocain exporté vers la Russie
 La structure des importations du Royaume donne la Russie comme le deuxième plus important débouché pour les produits agricoles marocains, après les pays de l’Union européenne (UE). Les agrumes marocains ont la cote sur le marché russe qui absorbe près de 55% des exportations marocaines pour ces produits.  Les exportations russes vers le Maroc sont constituées, elles, principalement de produits pétroliers (3e fournisseur).
Hors échanges commerciaux, la destination touristique Maroc attire de plus de touristes russes ces dernières années. Leur nombre a augmenté de 60% entre 2012 et 2013, grâce notamment à l'ouverture d'une ligne aérienne directe entre Casablanca et Moscou.
Quelque 47.200 touristes russes ont visité le Maroc en 2013, selon le ministre marocain du Tourisme, Lahcen Haddad, qui prévoit d’atteindre les 70.000 touristes en 2014 et 800.000 en 2020.


Samedi 13 Septembre 2014

Lu 5935 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs