Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vaine tentative algérienne de nuire aux relations maroco-mauritaniennes


Le journaliste à l’origine de l’expulsion par Nouakchott du diplomate algérien était connu pour son inféodation au Polisario



Vaine tentative algérienne de nuire  aux relations maroco-mauritaniennes
Moulay Brahim Ould Moulay Zein, connu pour son soutien aveugle et sa fidélité au Polisario, ne rate aucune occasion pour satisfaire Mohamed Abdelaziz et les siens et à travers eux l’Algérie. Pour ce faire, Brahim n’hésite pas à s’en prendre au Maroc ou à publier dans la feuille de choux qu’il a créée sur financement polisarien des informations, même mensongères, susceptibles de nuire aux relations entre son pays, la Mauritanie et le Maroc. 
Dans sa dernière sortie, le pseudo-journaliste, manipulé, selon des sources mauritaniennes, par Belkassem Charouatti, conseiller à la représentation algérienne à Nouakchott, a publié un article dans lequel il affirme que la Mauritanie aurait déposé une plainte contre le Maroc qui l’inonderait de cannabis et autres drogues. Fiché par les services de la DST mauritanienne comme étant à la solde du Polisario, il  a été convoqué, lundi 21 avril, à la direction de la Sûreté mauritanienne. Motif : un faux scoop que lui aurait inspiré le diplomate algérien pour nuire aux  relations entre Rabat et Nouakchott.
Cette grosse manipulation orchestrée par Alger pour compromettre le rétablissement de l’axe Rabat-Nouakchott a secoué  les milieux médiatiques et politiques mauritaniens où l’on ne parlait plus que  de la prochaine visite de Sa Majesté le Roi  Mohammed VI en Mauritanie.  L’affaire a pris une telle ampleur que des instructions ont été données par les hautes sphères du pouvoir afin de démonter les ressorts de ce qui a l’air d’une grande machination où s’imbriqueraient renseignements, diplomatie et médias.
L’enquête diligentée par les services mauritaniens laisse entendre que le directeur de publication du journal «Al-Bayane El-Souhoufi», par qui le scandale est arrivé, entretiendrait de fortes relations avec le diplomate algérien qui s’en serait servi. D’ailleurs, explique une source de Nouakchott, il n’y a pas besoin d’enquête pour prouver l’engagement de Moulay Ahmed aux côtés du Polisario et de l’Algérie  dont les services l’auraient exploité pour compromettre le rétablissement de l’axe Rabat-Nouakchott, ce qui qui ne cesse d’enrager Alger.
Le réchauffement des relations entre Rabat et Nouakchott, scellé depuis le mémorable message de vœux adressé par le président Mohamed Ould Abdelaziz à S.M le Roi Mohammed VI, le 7 juillet 2014, était perçu avec inquiétude par Alger. Cette initiative marque, en effet, le début d’un processus de normalisation traduit par l’établissement d’un véritable ballet diplomatique entre Rabat et Nouakchott. Pas plus tard que le 9 avril courant, le président du parti au pouvoir en Mauritanie, l’Union pour la République (UPR), effectuait une visite historique à Rabat. 
Lors de cette visite, Sidi Mohamed Ould Maham a exploré avec des responsables marocains les moyens de booster les relations bilatérales pour « les hisser au plus haut niveau au service des intérêts communs des deux pays frères », à l’issue d’un entretien entre Mohamed Cheïkh Biadillah, président de la Chambre des conseilles et  Ould Maham, président de l’Union pour la République.
Dimanche dernier, c’est un acte très symbolique qui venait raffermir cette volonté de rapprochement: la signature d’un accord de jumelage entre Tanger et Nouakchott, couronnée par l’inauguration, au centre de la capitale  du Détroit, d’une place baptisée Nouakchott. Cet accord avait été suivi d’un autre accord jumelant la ville  d’Akjoujt, capitale de la région de l’Inchiri et Dakhla, capitale de la région d’Oued Eddahab-Lagouira.
C’est dans ce contexte qu’intervient cette tentative désespérée d’Alger de manipuler la presse mauritanienne de manière à nuire aux relations amicales entre Rabat et Nouakchott. La réaction des autorités mauritaniennes qui ne s’est pas fait attendre (convocation du journaliste incriminé  et expulsion du diplomate algérien), démontre la détermination de Nouakchott à raffermir ses relations stratégiques avec le Royaume.

Ahmadou El-Katab
Lundi 27 Avril 2015

Lu 1212 fois


1.Posté par Maroc38 le 26/04/2015 17:57
Les actes hostiles commis par l'Algérie contre le Maroc sont devenus monnaie courante! Et qu'on ne nous dise pas que l'Algérie n'est pas en guerre contre le Maroc. cette affaire en est une parfaite illustration .Le Maroc est devenu l'alpha et l’oméga de toute la diplomatie extérieure et apparemment pour ce pays à la dérive hélas, tous les coups sont permis.

2.Posté par sahraoui le 26/04/2015 21:13
tu peux etre surpris si tu vois un chameau escalader le mur , mais le chat c'est son chemin de toujours .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs