Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Uru Kenyatta en tête de la présidentielle devant Raila Odiga




Uru Kenyatta en tête de la  présidentielle devant Raila Odiga
Le vice-premier ministre Uhuru Kenyatta demeure, jeudi, en tête des résultats partiels de la présidentielle kenyane du 4 mars et conserve une avance sur son dauphin le Premier ministre sortant, Raila Odinga, selon des résultats provisoires communiqués par la commission électorale indépendante peu avant 10h00 HL.
Après dépouillement de 4,5 millions de bulletins de vote, soit près de la moitié, Uhuru a ainsi obtenu 2,4 millions de voix contre près de 1,9 million pour Odinga dans un scrutin qui a connu une forte participation de plus de 70% et qui a été salué par les observateurs électoraux de plusieurs pays et groupements. Il s'agit notamment de ceux de l'Union européenne, de la Communauté Est-africaine (CEA), du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) et de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).
Uhuru Kenyatta, fils du premier président du Kenya indépendant, Jomo Kenyatta, fait l'objet d'une inculpation de la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle présumé dans les violences postélectorales de 2007-2008, qui avaient fait 1.300 morts et plus de 600.000 déplacés.
Trois jours après le vote, les Kényans sont toujours frustrés du retard dans l'annonce des résultats officiels pour connaître le quatrième président de la république, alors que les résultats partiels continuent à être diffusés avec parcimonie. Un retard attribué par la Commission électorale à des défaillances techniques et à des problèmes consécutifs aux nombreux bulletins nuls. Mais cela pourrait aussi être dû au fait que le pays a organisé six scrutin simultanément. Environ 14,3 millions de Kényans s'étaient rendus lundi dernier aux urnes pour élire leur président, députés, sénateurs, gouverneurs, membres de l'Assemblée départementale et un quota de femmes à l'Assemblée nationale. Des élections observées avec attention par la communauté internationale qui craint la répétition des violences ayant suivi la présidentielle contestée du 25 décembre 2007.

MAP
Vendredi 8 Mars 2013

Lu 138 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs