Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une volonté forcenée de bonheur




"Une femme née comme moi à Essaouira en 1940, dans une famille où le père était pêcheur, n'avait d'autre choix que de passer sa vie à laver des peaux de moutons dans les vagues de l'Atlantique, même durant la saison des vents. Je partais le matin tôt avec ma mère Mbraka et ma grand-mère Tahra vers l'océan. Une fois les peaux nettoyées et séchées, on enlevait la laine et on la filait. Après, on la vendait à celles qui tissaient djellabas ou tapis. De temps en temps, je tissais un tapis, mais juste pour les besoins de la famille. Un tapis prend un temps fou et le prix qu'on t'offre est toujours ridicule. Je gagnais mieux en me limitant à traiter les peaux et à filer la laine."
Accompagnée de sa mère et de sa grand-mère, Regraguia passait chaque soir, sur le chemin du retour d'une journée de travail à la mer, devant les galeries qui jalonnaient les ruelles de la ville. " J'étais fascinée par les galeries, mais ce n'est qu'en 1986, à quarante-six ans que j'ai eu le courage d'y entrer. Et pourtant je rêvais sans cesse de prendre le pinceau" .
"Ma soeur Fatema, j'avais peur de rentrer dans une galerie de peinture. Seules les femmes riches habillées à l'européenne en franchissaient le seuil", me confia-t-elle, le deuxième jour où elle m'invita dans son studio. "Mais j'avais décidé toute petite, de faire la guerre à alihbat (la frustration, le défaitisme). Al-ihbat est un cancer. Il faut qu'on nous enseigne à la télévision comment le combattre. Si j'avais des diplômes, j'aurais essayé de créer un vaccin contre al-ihbat" , conclut-elle en ouvrant une grosse boîte en plastique d'où elle tira son press-book et ses photos avec les célébrités qui avaient défilé chez elle. Elle voulait étaler devant moi les preuves de sa réussite, avant de continuer à se souvenir d'un passé aussi chaotique qu'imprévisible.
Selon Regraguia - qui connaît par cœur tout le répertoire des Aïta , ces chansons traditionnelles du Maroc atlantique, qui célèbrent la jouissance comme devoir sacré - l'important, c'est que vous restiez rivés à votre quête du bonheur, même lorsque le malheur frappe. C'est la direction de votre regard qui influe sur la destination de la barque, aussi déchaînées soient les vagues et les tempêtes qui la chahutent. Regraguia a cette volonté forcenée du bonheur des générations d'avant le vaccin, la pénicilline, l'aspirine et la télévision. Les générations des damnés de la terre, programmés à ne compter que sur leur énergie intérieure, pour générer la lumière qui éclabousse les ténèbres.
Fatéma Mernissi
Extrait du livre Les Sindbads marocains. Voyage dans le Maroc civique


L
Vendredi 13 Novembre 2009

Lu 162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs