Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une ville dévastée par la rupture d'un barrage au Brésil




Une ville dévastée par la rupture d'un barrage au Brésil
La coulée de boues et des déchets miniers  a fait plus de 17 morts Des corps ont été trouvés dans la nuit de jeudi à vendredi et le bilan de 17 morts dans l'effondrement d'un barrage minier dans le sud-est du Brésil, à l'origine d'une gigantesque coulée de boue, va s'alourdir, selon le responsable des pompiers.
"Jeudi soir il y avait 17 morts mais d'autres corps ont été trouvés. A cause des familles, qui ne sont pas toutes au courant, nous ne donnons pas encore le nouveau bilan. Il faut attendre un peu", a déclaré vendredi à l'AFP Adaõ Severino Junior, commandant des pompiers de la ville de Mariana (sud-est).
 "Il y a 17 morts, plus de cinquante blessés. Le nombre de disparus va dépasser les 40, mais ce chiffre n'est pas encore officiel", avait déclaré jeudi soir ce même commandant au téléphone, depuis le village aux trois-quarts submergé par une gigantesque coulée de boue de Bento Rodrigues, où il participait aux secours.
 Un porte-parole de la Défense civile du Minas Gerais, le sergent Damaceno, a indiqué vendredi à l'AFP que "les recherches ont duré toute la nuit" dans une situation difficile car il y a beaucoup de boue et déchets miniers et pas d'électricité.
 "Officiellement nous ne donnons encore que deux morts et cinq blessés. La compagnie minière Samarco (détenue à parts égales par le géant minier brésilien Vale et le groupe australien BHP Billiton, ndlr) a confirmé la disparition de 13 employés qui avaient pointé en arrivant jeudi", a-t-il précisé.
 "Ce matin (vendredi), des bulldozers travaillent déjà pour dégager les routes obstruées par la coulée de boues et déchets miniers et permettre le passage des véhicules de secouristes. Les hélicoptères ont repris aussi le survol de la région", a-t-il précisé.
 "Jeudi, 200 personnes participaient aux secours mais vendredi ce chiffre va augmenter", a-t-il dit.
 Selon lui, 122 maisons de Bento Rodrigues ont été englouties par le torrent de boue et 150 personnes ont été abritées dans la nuit dans un gymnase de la ville coloniale de Mariana, la ville la plus proche, à une vingtaine de kilomètres.
 "Des 620 habitants, 450 ont déjà été identifiés", a-t-il ajouté.
 La population de Mariana a immédiatement fait des dons de matelas et d'eau minérale pour les sinistrés qui étaient réfugiés dans un gymnase municipal.
 Maisons englouties jusqu'au toit par une boue rouge et épaisse, habitations détruites, voitures embourbées : les images d'hélicoptère diffusées avant la tombée de la nuit par la chaîne de télévision Globo montraient d'impressionnantes scènes de dévastation.
 Le barrage de Fundao, où travaillaient 25 personnes, retenait des "boues toxiques de déchets minéraux sur une superficie équivalent à 10 stades de football", a expliqué le président du syndicat local des mineurs Ronaldo Bento.

Samedi 7 Novembre 2015

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs