Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une trentaine de pays dans le monde ont des systèmes de santé faibles




Une trentaine de pays dans le monde ont des systèmes de santé faibles
Une trentaine de pays dans le monde ont des systèmes de santé très faibles, semblables à ceux qui ont permis au virus Ebola de ravager la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, a averti jeudi l'Organisation mondiale de la santé.
Pour l'OMS, il faut tirer d'urgence les leçons de cette épidémie qui a tué plus de 11.100 personnes en Afrique de l'Ouest, en mettant en place des systèmes de santé pouvant détecter rapidement de tels désastres et les combattre. "Il faut mettre en place des systèmes capables de résister" à de tels désastres, que ce soit une épidémie comme Ebola ou une catastrophe naturelle, a déclaré à Genève le Dr Rüdiger Krech, directeur à l'OMS du département d'éthiques et déterminants sociaux de la santé.
Les systèmes de santé fragiles en Guinée, Sierra Leone et Liberia, affaiblis par les conflits et la pauvreté, ont été un facteur important dans la progression rapide de la maladie l'année dernière dans ces trois pays.
Selon le Dr Krech, au moins 28 autres pays dans le monde, pour la plupart en Afrique, mais aussi en Asie et en Amérique Latine, ont des systèmes de santé similaires.
L'épidémie d'Ebola a commencé fin 2013 en Guinée, et s'est rapidement propagée au Liberia et en Sierra Leone pendant trois mois, avant que l'OMS et les pays de la région ne tirent la sonnette d'alarme.
Le Liberia, un des pays les plus touchés, a été déclaré exempt d'Ebola le 9 mai dernier.
Mais selon le Dr Krech, le virus est loin d'être éliminé dans les deux autres pays. L'Assemblée générale de la Santé, l'organe décisionnel de l'OMS, a approuvé une hausse de son budget 2016-2017 pour aider notamment les pays concernés à renforcer leurs systèmes de santé.
Les moyens financiers supplémentaires ne vont pas résoudre le problème pour autant, a averti le Dr Krech, en ajoutant que la "corruption sévit dans de nombreux pays".
"Il faut appeler les choses par leurs noms", dans de nombreux pays dotés de systèmes de santé faibles, la corruption est endémique, et il y a un manque de transparence dans la manière dont sont dépensés les fonds notamment dans des secteurs clés tels que la santé, a déclaré le Dr Krech à l'AFP. Selon une étude publiée par l'OMS, entre janvier 2014 et le 31 mars 2015, 815 soignants ont été infectés par le virus Ebola en Afrique de l'Ouest, soit 3,9% de tous les cas rapportés. Les deux tiers des soignants infectés sont morts de la maladie.
"L'épidémie a eu un impact catastrophique, disproportionné sur le personnel de santé", a affirmé le Dr Ed Kelley en présentant le rapport à la presse.
Le virus a infecté au total 27.000 personnes et fait 11.120 morts, selon le dernier bilan.
Pour l'OMS, la lutte contre Ebola est loin d'être finie.

Jeudi 28 Mai 2015

Lu 351 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs