Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une trentaine de migrants clandestins pris en tenailles à Mellilia

Assaut d’une centaine de Subsahariens sur le préside occupé




Une trentaine de migrants clandestins pris en tenailles à Mellilia
Une centaine d’immigrants subsahariens a été prise en tenaille ce jeudi 3 avril à la barrière séparant le préside occupé de Mellilia du reste du Maroc au niveau du lieu dit Rochtro Gordo de la commune rurale Béni Chiker. Plus de trente d’entre eux sont restés juchés pendant des heures  sur le haut du grillage.
 D’après la MAP, sept subsahariens ont été légèrement blessés par les fils barbelés de la clôture grillagée du préside occupé, et évacués sur l’hôpital de Nador pour y recevoir des soins médicaux nécessaires. 64 émigrants illégaux ont été interpellés  par les forces de l’ordre marocaines au cours de cette tentative.
Depuis le début de l’année, l’afflux migratoire a redoublé sur les deux présides occupés, en l’occurrence Sebta et Mellilia. Le 6 févier dernier, 15 clandestins sont morts noyés à Sebta en tentant de regagner le territoire espagnol à la nage suscitant ainsi une polémique autour de l’action de la Garde ville. 
Le 18 mars, quelque 500 clandestins avaient réussi à franchir la frontière dans l’assaut le plus important depuis 2005, alors que la ville était soumise à des arrivées massives d’immigrants. Deux autres opérations similaires avaient été menées les 21 et 25 mars dernier et ayant concerné 93 immigrants subsahariens, précise l’agence MAPINFO.
La dernière tentative remonte au 28 mars, quand près d’un millier de clandestins d’origine subsaharienne ont lancé un assaut sur la triple barrière grillagée entourant la ville. D’après les responsables associatifs au Maroc, 300 à 400 migrants avaient été interpellés, seule une dizaine parvenant à rejoindre le sol européen.
A Mellilia par exemple, le centre d’accueil gouvernemental héberge à présent environ 1800 personnes sur 480 places prévues. Selon la loi des étrangers en vigueur en Espagne, le séjour des clandestins ne doit pas dépasser 60 jours dans lesdits centres. Si durant cette période, les immigrants n’ont pas été refoulés vers leurs pays d’origine, faute d’identification, ils seront libérés. 
Concernant le processus de lutte contre l’immigration clandestine,  le directeur général de la police espagnole, Ignacio Cosido,  a salué l’«excellente coopération» des autorités marocaines en la matière. «Il faut saluer à sa  juste valeur la coopération excellente des autorités marocaines dans le cadre de la mission des forces de sécurité pour freiner les flux migratoires illégaux», a-t-il fait remarquer.
Cosido a indiqué, par ailleurs, que les relations de coopération sécuritaire entre les deux pays ont connu un changement de cap ces dernières années, rappelant à ce titre la mise en place récemment de deux postes de police conjoints à Tanger et Algésiras, selon la MAP.
 

Moussavou Albant Guenolé et Jessica Kerault (Stagiaires)
Samedi 5 Avril 2014

Lu 1930 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs