Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une suspicion de conflit d’intérêts plane sur l’opération de vaccination contre la grippe

L’Institut Pasteur et un laboratoire privé se donnent la main pour doper les ventes d’un vaccin




Une suspicion de conflit d’intérêts plane sur l’opération de vaccination contre la grippe
L’Institut Pasteur Maroc (IPM) fait la promotion du vaccin contre la grippe.  Il vient de lancer une campagne nationale de sensibilisation et de vaccination contre cette maladie.  Une opération de même envergure que les années précédentes puisque nombreux sont les Marocains qui continuent à bouder le vaccin contre la grippe notamment parmi la population vulnérable (les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes âgées ou celles atteintes de maladies chroniques). Le taux de couverture vaccinale chez cette population est d’à peine 1,2%, soit près de 300.000 personnes. Un taux qui reste en deçà des recommandations de l'OMS qui s'était fixé comme objectif d'atteindre une couverture vaccinale avoisinant les 70% chez les groupes à risque en 2010. 
Pourtant, cette campagne suscite plusieurs interrogations. D’abord, pourquoi l’IPM fait-il la promotion d’un vaccin alors qu’il fait partie des établissements publics, qu’il est placé sous la tutelle administrative du ministère de la Santé publique et qu’il a pour mission, entre autres, de préparer ou d'importer des sérums, vaccins, ferments et produits biologiques nécessaires aux besoins du pays en ce qui concerne la médecine humaine? 
Ensuite, cette promotion ne constitue-t-elle pas un conflit d’intérêts puisque cette campagne est lancée en partenariat avec Sanofi Pasteur, premier producteur mondial de vaccins contre la grippe saisonnière avec plus de 200 millions de doses en 2012 ? 
L’implication de cette entreprise privée ne risque-t elle pas de susciter des doutes sur les éventuels liens occultes qu’elle pourrait entretenir avec les responsables de l’IPM ? D’après les experts, il y a, en effet, conflit d’intérêts en médecine «lorsque les choix opérés par le médecin, le chercheur ou l'expert dans un domaine essentiel comme le bien-être du patient, l'intégrité de la recherche ou le bien-fondé d'une recommandation, risquent d'être compromis de manière significative par un objectif concurrent tels le gain financier, la notoriété ou la capacité à lever des fonds de recherche ».  
Autre question et non des moindres, comment l’IPM s’est-il hasardé à lancer une campagne de sensibilisation sur les enjeux sanitaires, économiques et sociaux liés à l’infection par ce virus sans disposer de données objectives sur les connaissances et  attitudes des Marocains en lien avec la vaccination contre la grippe saisonnière ? En effet, il n’y a eu ni sondages ni enquêtes auprès de la population ou le personnel de la santé sondant leurs avis sur leur adhésion au principe même de la vaccination. 
Pis, les responsables de l’Institut Pasteur ont avancé que la grippe pouvait se révéler mortelle et qu’elle est associée à des coûts économiques considérables liés aux jours d’arrêt maladie et à des dépenses importantes de santé mais ils ont omis d’étayer leurs dires par des statistiques sur le nombre de personnes décédées pour cause de grippe ou sur les coûts supportés par le Trésor public du fait de cette maladie. Les responsables de l’IPM se sont contentés d’évoquer des statistiques relatives à la population mondiale mais n’ont pas pipé mot sur le Maroc.
En supposant même que la situation soit grave, pourquoi n’ont-ils pas procédé à une campagne de vaccination gratuite des populations et pourquoi l’Etat n’a-t-il pas mobilisé son corps médical pour informer ou traiter les personnes devant   bénéficier d’une vaccination contre la grippe ?
Des zones d’ombre qui risquent de conforter davantage les citoyens dans leurs préjugés et dans leurs appréhensions concernant la vaccination. 

Hassan Bentaleb
Mercredi 15 Octobre 2014

Lu 2446 fois


1.Posté par houssine le 16/10/2014 00:10
A l 'évidence, nous sommes dans le conflit d'intérêt. La question est de savoir ce qu'il y a derrière en terme d'intérêts financiers. L'IPM dont le but est de produire des vaccins ne peut pas faire la promotion des vaccins produits par une entreprise privée

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs