Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une stèle pour commémorer l’odyssée du “Dina”

Inauguration aujourd’hui




Une stèle pour commémorer l’odyssée du “Dina”
Dans le cadre de la commémoration du 58ème anniversaire du lancement des opérations de l’Armée de libération dans le Nord du Royaume, le Haut commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération procède aujourd’hui à l’inauguration d’une stèle commémorative de l’accostage, le 5 mars 1955, du bateau dénommé «Dina» près de la commune de Ras-El Ma ( Province de Nador) pour décharger 13 tonnes de pièces d’armes, en provenance d’Egypte et destinées aux combattants marocains et algériens.
Ce bateau qui appartenait à la Reine de Jordanie Dina Abdelhamid  était commandé par le militant soudanais Brahim Annil. Il avait à son bord, selon Ahmed Ben Bella, le colonel Boumediène et le militant algérien Nadir Bouzar ainsi que quelques volontaires engagés dans l’opération de livraison d’armes et leur transfert en territoire marocain.
Selon certains témoignages, le «Dina» se serait échoué, et les hommes durent plonger à plusieurs reprises, et dans une mer démontée pour récupérer les caisses d’armes et de munitions.
L’opération a été menée de main de maître avec minutie et professionnalisme pour que les armes soient déchargées sur la côte pour être remises à un groupe de résistants qui se sont employés à les acheminer vers leur destination finale.
Huit résistants marocains se sont ainsi déployés en concertation avec deux émissaires de l’Armée de libération nationale algérienne pour assurer la livraison de cette cargaison.
Il s’agit de Hamdoune Chourak, Mohamed Bourasse, Mimoun Ghordou, Mohamed Ben Hadouch Ben Tayeb, Mohamed Ben Chaouch Boufssil, Mohamed Lasgaa, Hajji Mohamed Jaak ainsi que Said Bounaïlate.
Les deux Algériens dépêchés sur les lieux en territoire marocain sont Abdelouahab Al-Jazaïri et Amrou Chaïbane.
La même année, un état-major commun algéro-marocain a supervisé l’action commune à partir du Rif pour le Maroc, et en Oranie. Cet épisode très important de la lutte de libération nationale, intervenant après les événements d’Août 1955 dans le nord constantinois lors de l’anniversaire de la déposition de Mohammed V, marquait d’une manière spectaculaire l’unité d’action dans la lutte de libération en Algérie et au Maroc.
Ce fut là un tournant décisif dans le cours de la lutte armée contre le colonialisme français.

Libé
Vendredi 4 Octobre 2013

Lu 611 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs