Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une soirée du Samaâ soufi anime les Nuits du Ramadan de l’Institut français à Essaouira




La Zaouïa Qadiria Boutchichia à Essaouira a animé, vendredi soir au centre culturel Dar Souiri, une soirée ramadanesque empreinte de douceur et de spiritualité sous le thème "Le soufisme, une sincérité avec le droit et un comportement avec les êtres humains". Cette troupe de la Tarika Qadiria Boutchichia très populaire qui anime les soirées traditionnelles et les cérémonies, a gratifié le public par des chants panégyriques puisant dans des thèmes religieux et spirituels. Le public a été transporté pendant une heure par des amdahs mystiques, qui mènent à la transe, donnés par une troupe constituée de jeunes soufis épris des chants et du patrimoine mystique marocain.
Dans une déclaration à la MAP, le moqadam de la Zaouïa Qadiria Boutchichia à Essaouira, Nabil Laâraifa, a indiqué que le Samaâ chez cette Tarika est toujours précédé du "dikr" qui purifie l’homme et le prépare pour le Samaâ. Et de relever que les adeptes de la Tarika n’utilisent que leur voix pour conquérir le cœur des auditeurs mais jamais d’instruments musicaux qui empêchent d’atteindre l’état de transe (Ahwal).
M. Nabil Laâraifa a souligné que le Samaâ débute toujours par un dikr, généralement les attributs de Dieu avant d’enchaîner avec des panégyriques (amdahs) sur l’amour de Dieu et du prophète Sidna Mohammed. Il a par ailleurs indiqué que la zaouïa Qadiria Boutchichia d’Essaouira a vu le jour en 1964, grâce à un groupe de jeunes désireux de préserver ce patrimoine marocain ancestral.
La confrérie Qadiria remonte à Abd al Qadir al-Jilani (1083-1166) mais n’a connu son plein essor que par l'action de ses descendants, quelques décennies plus tard. La branche Boutchich de cette confrérie est née au milieu du 18ème siècle, dans le nord-est du Maroc. C'est là que se situe la maison-mère, près de Berkane, à Madagh. Sidi Hamza, décédé en 2017, est désigné par ses disciples comme un héritier du "secret initiatique" (sirr) et le "pôle spirituel" (qotb) de son temps. 

Libé
Lundi 19 Juin 2017

Lu 453 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs