Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une série de recommandations pour tirer le meilleur parti de l'ALECA

Accord Maroc-UE




Une série de recommandations pour tirer le meilleur parti de l'ALECA
Le cabinet de conseil mandaté par la Commission européenne pour réaliser une étude d'impact sur les effets de l'accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), en négociation entre le Maroc et l'UE, vient de publier une série de recommandations devant permettre au Royaume de tirer le meilleur parti de cet accord.
L'analyse, menée par le cabinet néerlandais ECORYS, identifie les impacts durables de l'ALECA sur le plan économique, social et environnemental aussi bien au Maroc que dans l'UE et distingue entre recommandations liées aux dispositions prévues par l'accord et celles qui ne sont pas directement liées au commerce et qui peuvent être adressées aux gouvernements, aux bailleurs de fonds, au secteur privé et à la société civile.
Au volet économique, l'étude recommande principalement de faciliter l'assistance technique et le renforcement des capacités dans le processus de rapprochement réglementaire, de consolider les capacités de modernisation sectorielle des entreprises, en particulier les PME, et de stimuler des améliorations constantes du climat des affaires et de l'investissement.
Trois autres points pourraient, selon le cabinet, être pris en compte dans l'ALECA, en l'occurrence le renforcement du dialogue public-privé à travers des mécanismes bien structurés, le soutien du développement économique régional et local et l'amélioration de la gouvernance et la lutte contre l'économie informelle.
Dans le cadre du pilier social qui regroupe le plus grand nombre de recommandations, l'étude insiste sur l'introduction progressive du rapprochement réglementaire au niveau sectoriel, en particulier pour les secteurs où l'impact social sera élevé, le soutien de la flexibilité du marché du travail tout en assurant que les droits des travailleurs soient respectés et le développement du système de protection sociale, en particulier, les niveaux de couverture, de gestion financière et des prix.  Il y est aussi recommandé de soutenir l'entrepreneuriat et les programmes de formation pour faciliter l'actualisation et la mise à niveau du capital humain, en lien direct avec les besoins du marché du travail, de fournir une assistance technique pour la mise à niveau des programmes éducatifs et de formation, d'améliorer l'environnement institutionnel et réglementaire dans le domaine de la politique sociale et de prévenir les risques de pressions à la baisse sur les normes du travail en réponse à la concurrence internationale accrue.
MAP
Le troisième chapitre tout aussi important de l'analyse concerne les questions d'ordre environnemental. Le Cabinet d'études recommande la création d'incitations pour une production plus respectueuse de l´environnement, le maintien ou l'amélioration des incitations existantes destinées à utiliser efficacement les ressources en eau dans la production agricole et industrielle, l'amélioration des systèmes de gestion des déchets et la création de mécanismes de suivi de l'impact environnemental de l'ALECA.
Une étude préliminaire d'ECORYS avait évalué les gains attendus en revenu national pour le Maroc à 1,3 milliard d'euros, ce qui représente une augmentation de près de 1,6 % du PIB par an. Elle avait également fait état d'un impact positif de l'ALECA sur les flux commerciaux avec une augmentation à long terme des exportations de 15 % contre 8 % des importations.
Après une réunion de cadrage tenue le 22 avril dernier à Rabat, les négociateurs marocains et européens s'étaient retrouvés en juin dernier à Bruxelles pour un 2ème round de négociations sur l'ALECA au cours duquel ils avaient abordé les questions réglementaires du domaine des affaires, notamment la facilitation des échanges, les obstacles techniques au commerce, la protection des investissements, la politique de concurrence.
L'ALECA, qui fera partie de l'accord d'association UE-Maroc, a pour objectif principal de faciliter l'intégration progressive de l'économie marocaine dans le marché intérieur de l'UE.

MAP
Mardi 5 Novembre 2013

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs