Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une série d'attaques suicide de l'EI près de Baïji en Irak fait 11 morts






Pour l’ex-Premier ministre Maliki, la chute des villes est due à un complot



Une série d'attaques suicide de l'EI près de Baïji en Irak fait 11 morts
Au moins 11 membres des forces de sécurité irakiennes ont été tués samedi près de la ville de Baïji dans une série d'attaques suicide revendiquées par le groupe Etat islamique (EI), selon la police et l'armée.
Quatre voitures piégées, conduites par des kamikazes allemand, anglais, koweïtien et palestinien, selon l'EI, ont été lancées contre des positions des forces de sécurité à Hajjaj, sur la route entre Tikrit et Baïji, au nord de Bagdad.
Sept soldats sont morts, de même que quatre membres des forces de la Mobilisation populaire, un rassemblement de milices et volontaires majoritairement chiites, qui apportent une aide cruciale à l'armée dans son combat contre l'EI.
Au moins 27 personnes ont également été blessées dans cette série d'attaques coordonnées.
Selon un colonel de police, une des quatre voitures piégées a été neutralisée avant d'atteindre sa cible.
Un officier de l'armée a indiqué que les véhicules utilisés par les kamikazes étaient identiques, de nouveaux SUV qui donnaient l'impression d'un convoi officiel. Sur les images diffusées par l'EI, on voit les kamikazes devant quatre Toyota Land Cruisers noirs, tous pointant leurs index vers le ciel.
L'EI a aussi revendiqué trois autres attaques suicide à l'ouest de Baïji samedi, contre des baraquements et un rassemblement de soldats et de miliciens chiites. Le groupe extrémiste sunnite s'est emparé, à la faveur d'une offensive d'envergure lancée en juin 2014, de vastes pans des territoires à l'ouest et au nord de Bagdad.
Un an après, et en dépit de l'engagement aux côtés des forces gouvernementales de milices et d'une coalition internationale conduite par les Etats-Unis qui mène quotidiennement des raids aériens contre les positions des jihadistes, l'EI n'a pas subi de revers importants.
L'ancien Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a attribué samedi à des "complots" la chute de grandes villes d'Irak aux mains du groupe extrémiste sunnite Etat islamique (EI), estimant que Bagdad devrait compter sur les milices plutôt que sur l'armée pour les combattre.
Mais M. Maliki, Premier ministre au moment où l'EI a lancé son offensive fulgurante l'an dernier, n'a pas parlé du rôle qu'il a pu jouer ainsi que son gouvernement dans cette débâcle. Il s'en est pris aux responsables qui s'opposaient à sa politique quand il était Premier ministre, estimant qu'un complot visant à affaiblir l'armée avait été mis au point dans un pays voisin, qu'il n'a pas identifié.

Libé
Lundi 15 Juin 2015

Lu 410 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs